Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Depuis un certain temps, l’on est stupéfait de constater que la capitale du Gôh, est pratiquement transformée en un gigantesque pâturage. De jour comme de nuit, ça et là, les bœufs obstruent les voies et paissent en toute sérénité.  Malgré d’énormes désagréments que cela continue de causer à la circulation et aux usagers, cela n’émeut aucunement personne. Si  les autorités administratives et autres refusent de voir la triste réalité en face, à qui incombe cet état de fait insupportable ? Et pourtant, ce spectacle désolant se passe au nez et à la barbe de tous. Nonobstant des sensibilisations et des journées  villes propres initiées par des Ong et surtout celle de la tutelle Désirée Anne Ouloto, hormis des tas d’immondices que l’on peut voir partout en plein milieu et aux abords des routes polluant ainsi la ville, à cela, s’ajoute les déjections de ces bêtes qui font le beau temps et la pluie. A longueur de journée, elles sèment la bouse sur leur passage tapissant ainsi la cité.

Il faut le dire tout, l’insalubrité a incontestablement atteint un seuil critique dans la capitale du Gôh, qui semble être une abonnée permanente aux détritus.

Il ne serait pas du tout exagéré de dire que la ville à véritablement mal à ses ordures car la notion de propreté et du respect de son environnement est inconnue des autorités en charge de la salubrité à Gôzôh. Excédée, les populations dénoncent une faiblesse et un mutisme coupables des autorités locales envers ces bouviers et leurs patrons, les éleveurs. Ce, d’autant plus qu’aucun propriétaire desdites bêtes ainsi que les bergers qui les font paître n’ont jamais été inquiétés bien que cela perdure dans la belle capitale de Gagnoa. Fort de cette impunité dont ils jouissent à cause du laxisme des autorités, piétinant donc les lois et les ‘‘rois’’ de la ville que sont les patrons de la municipalité, ces bouviers narguent les habitants et surtout démontrent aux yeux de tous, qu’ils ont le privilège exclusif de mener leurs troupeaux de bœufs divaguer et brouter aux alentours de la préfecture de région.

Cela amène à se demander s’il y a une autorité politique dans la ville ? Et si le préfet Sanogo Al Hassan décidait de se réveiller et de jouer son rôle ? Au vu de ce qui précède, des mauvaises langues vont jusqu’à se demander si ces bœufs ne sont pas titulaires d’un ‘‘laissez-passer’’ présidentiel les autorisant à divaguer ça et là dans la ville de Gagnoa ? Nul ne saura répondre à cette interrogation sauf le préfet Sanogo Al Hassan, vers qui les regards sont tournés. Sinon, comment comprendre et admettre que ceux-ci osent s’inviter à la première session de la cour d’assises de Côte d’Ivoire siégeant récemment à Gagnoa ? (L’image parle d’elle-même). En tout état de cause, l’on interpelle les autorités compétentes afin que sans complaisance, une décision idoine soit prise. Car, tous, doivent être dans une logique et claire du président Alassane Ouattara qui pense faire de la Côte d’Ivoire, un pays émergent à l’horizon 2020.  L’épauler dans ces taches quotidiennes ne serait pas un crime. Bien au contraire … Qui de M. Médji Bamba, se prévalant  honorablement du titre du premier magistrat de la commune de Gagnoa et de M. Sanogo Al Hassan, préfet de la région devrait prendre une décision d’interdiction ? Quelle est la responsabilité de chacun d’entre ? Et si, l’on transformait la construction d’un ‘‘hôtel’’ privé de près de 800 millions en en celle d’une fourrière communale apte à l’accueil et à la garde des chiens  errants ou en état de divagation ? Tous nos efforts pouvant nous permettre d’échanger avec le préfet Sanogo Al Hassan, concernant cette divagation des animaux non seulement dans la cour de la préfecture et son entourage sont restés lettres morte car l’homme est difficile d’accès.  

         Nesmon De Killer/Correspondant régional

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Divagation des animaux à Gagnoa/Des troupeaux de bœufs obstruent les voies et tapissent la ville de leurs défécations : Le laxisme et le silence coupable des autorités mis à nu
Tag(s) : #Régions