Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

M. Kouadio Koffi François, Pasteur de l’Eglise CEMA sise dans la circonscription de Ouragahio, n’a pu retrouver et sauver cette brebis égarée.  Il n’en croit toujours pas ses yeux que lui, un pasteur de sa trempe, de n’avoir pas eu de discernement pour deviner les intentions pécheresses et coupables de ces indigents qui se sont présentés à lui. 
Conséquence immédiate :  le berger Kouadio Koffi François n’a que ses yeux pour pleurer car sa grosse moto d’une valeur de près d’un million de nos franc (1.000.000) CFA, été malhonnêtement emportée. De quoi s’agit-il ? En effet, en provenance de Yamoussoukro, le prénommé Armand atterrit dans la ville de Ouragahio, avec une voiture qu’il a prise en location. A bord se trouvaient sa dulcinée N’Guéssan Affoué Agathe puis le chauffeur Kouadio Kan Emmanuel. Durant tout le trajet, Armand qui se faisait passer pour un gendarme, a toujours eu un comportement exemplaire vis-à-vis des forces de l'ordre affectés aux différents corridors. Il les saluait de manière si  réglementaire que personne n'aurait jamais pu devinera sa vraie identité. Une fois à Ouragahio, ils déposent leurs bagages dans un receptif hôtelier de seconde zone avant d'investir un maquis de la place pour se restaurer. Lors de leur c causerie qui s'animaient autour des bouteilles de bière, Armand qui manifestera le désir d’acheter des motos, 2ème main, va se confier à Tah G. Marcel, d'ethnie Guéré’ comme lui et présent dans ledit maquis. 
Après avoir conversé en patois, Marcel décida de faire appel au mécanicien Werni Moumouni. 
« C’est mon frère gendarme. Après avoir servi ici à la brigade de Ouragahio, il est muté à l’escadron de Yamoussoukro. Il cherche à acheter des motos de seconde main pour ses manœuvres travaillant dans ses plantations d’hévéa et de cacaoyer avant de repartir » lui dira Marcel. 
A son tour, le mécanicien conduira le fameux gendarme dans le village de Karahi où est domicilié le Pasteur Kouadio Koffi François qui, auparavant, avait décidé vendre sa motocross à 750 000 CFA. Malgré les propositions à lui faites, il renonça à la vente de l’engin car dira-t-il « ma famille me l’a demandée. Ils disent d’attendre un peu avant de la vendre». Prenant la parole, Armand, lui dira ceci : « Le moment venu, il faudrait que tu me fasses savoir car je tiens à ta moto qui me plaît. Bien avant, suis-moi à Ouragahio, pour que je te remette en mains propres ma carte de visite. Pendant que le mécanicien nous suit avec ta moto, toi, tu viens monter avec moi dans ma voiture » lui dira le faux gendarme. Une fois arrivés à Ouragahio, le Pasteur sera majestueusement installé dans le même maquis avec des bouteilles de boissons sur sa table. Au cours des échanges, le pseudo gendarme invitera son compatriote Marcel à l'accompagner dans une agence de transfert d'argent d'une téléphonie mobile pour dit-il, y faire un retrait d’un million cinq-cents mille francs (1.500.000 FCFA). 
L’un, enfourchera la moto du mécanicien, et l’autre celle du pasteur. Le retour des deux personnes s'éternisant,  le doute et l'inquiétude commençaient à se lire sur le visage du Pasteur. Toutes leur attentes resteront vaines après le départ des deux personnes étant sorties avec les deux motos. A chaque fois que l’homme de Dieu se plaignait de leur absence prolongée, le chauffeur Kouadio Kan Emmanuel le rassurait en faisant jouer la fibre ethnique et lui donnant comme gage de bonne foi, la présence de Dame Affoué, Baoulé comme elle et la voiture de location toujours stationnée là, également. Malheureusement,  de Ouragahio, ces frères compatriotes vont se retrouver à Gagnoa, précisément, dans un maquis à la place"Laurent Gbagbo" toujours avec les engins à leur disposition. Armant fera venir l’un de ses amis. Cet individu, venu de nulle part, s’en ira avec l’une de ses motos pour aller faire une course dira-t-il. Peu après, Armand s’excuser prétextant une envie pressante, a à son tour, sortira du maquis. 
Le gendarme Amand et son acolyte s’en iront pour de bon avec ces deux enduros en leur possession dont celle du pasteur. Ne sachant à quel saint se vouer, Kouadio Koffi François, va alors saisir la brigade de gendarmerie de ladite ville. Ainsi, la copine N’Guéssan Affoué Agathe, le chauffeur Kouadio Kan Emmanuel et Tah G. Marcel vont être mis aux arrêts et déférés. « Je ne sais même pas ce qui m’a pris ce jour là pour que je les suive. (...). Ils sont partis avec ma moto» indiquera le pasteur de l’église CEMA, lors de l'audience qui a eu lieu au tribunal correctionnel de Gagnoa. Seul, Tah G. Marcel a été jugé coupable des faits de complicité de vol portant sur deux motos. En répression, il sera condamné à 12 mois d’emprisonnement ferme. 
Au vu de ce qui s’est passé, l’on est tenté de dire que des nombreuses bouteilles de boissons n’ont pas permis au pasteur d'avoir une vision...révélée du complot plutôt la farce dont il a été le dindon.   Pour une carte de visite et un essai de moto, le pauvre Pasteur en ressort perdant. Onction de discernement.

Nesmon De Killer/Correspondant régional

 

Gagnoa: Le Pasteur l'invite à venir prendre sa carte de visite, il disparaît avec la moto de l'homme de Dieu
Tag(s) : #Régions
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :