Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Trépignant de colère, M. Koné Naklan Modeste en avait vraiment gros sur le cœur contre  contre Dr Dogbo Didier Jacques. Le Médecin, en service au CHR (Centre Hospitalier Régional) de Gagnoa aurait tenté d’avorter Dame N’Dri Assi Amandine. Il fait l’objet de poursuites judiciaires. En effet, âgé de 40 ans, M. Koné Naklan Modeste vivait en concubinage notoire avec N’Dri Assi Amandine Edwige, âgée de 22 ans. Une grossesse surviendra. Savourant cette heureuse nouvelle, elle va pourtant tenter un avortement en catimini donc à l’insu de son concubin. Malheureusement, Dame N’Dri Assi Amandine va se trouver mal en point trois jours plus tard. Koné Naklan Modeste décidera de conduire sa dulcinée à l’hôpital.

Suites à l’examen médical-radiologique procédé au Chr de Gagnoa, ce dernier tombera des nues. Car, selon les spécialistes, le malaise que ressentait sa conjointe N’Dri Assi Amandine Edwige est dû à un avortement incomplet. Ne pouvant nier les faits, le Médecin avorteur finira par passer aux aveux parce qu’elle désignera le Dr Dogbo Jacques comme étant son praticien. Il a donc été procédé à un lavement afin de faire évacuer ce qui restait de débris dans le ventre de Dame N’Dri Assi Amandine. M. Koné qui ne saurait admettre voire débourser un centime pour le reste des soins (avortement), saisira Dr Dogbo :  « Je ne suis pas en mesure de prendre en charge les soins de pratique d’avortement que vous avez eu à effectuer, sans mon consentement, sur ma concubine N’Dri Assi Amandine Edwige. Pour recouvrer la santé, je vous invite à terminer ce que vous a avez commencé » lui dirait le copain Koné.

‘‘Quand est-il acceptable de tuer un enfant dans le sein maternel ?". « Tuer l'embryon dans le sein de sa mère signifie violer le droit que Dieu accorde à la vie en gestation. La discussion de savoir s'il s'agit déjà d'un être humain ne fait que camoufler ce simple fait : Dieu a voulu créer un homme qu'on a intentionnellement empêché de naître. Ce n'est rien d'autre qu'un assassinat »

 

A quel moment peut-on pratiquer une interruption médicale de grossesse (IMG) ? Suivant les conditions de recours à une IMG : « La femme enceinte peut avoir recours à une interruption médicale de grossesse à tout moment de sa grossesse si celle-ci met en péril grave sa santé ou s'il existe une forte probabilité pour que l'enfant à naître soit atteint d'une affection d'une particulière gravité reconnue comme incurable au moment du diagnostic » Dr Dogbo a-t-il agit selon le code de la santé publique ? Sinon, pourquoi serait-il incapable de présenter le rapport du diagnostic l’autorisant à effectuer cet avortement ?

 

 

M. Koné Naklan Modeste qui ne lâche pas prise suite à ce (meurtre par avortement) a jugé nécessaire d’intenter un procès non seulement contre Dr Dogbo D. Jacques mais aussi contre sa dulcinée N’Dri Assi Amandine Edwige et sa tante Assi Chiman Pélagie.

 

 «J’ai dit ce qu’il fallait à la barre du tribunal. Je n’ai plus rien d’autre à vous déclarer sur cette affaire …», nous dira le médecin concerné. La clinique dénommée centre médical ‘le Bélier’ sise à Youpougon-Ananeraie-Oisis où exerce le Médecin serait-elle réputée pour des pratiques d’avortements ?  Dr Dogbo Didier Jacques tomberait-il sous le coup de l’Article 366 du code pénal ? Le droit sera-t-il dit et appliqué ? Nous y reviendrons.

Nesmon De Killer/Région du Gôh

 

Avortement clandestin à Gagnoa: Docteur Dogbo Didier Jacques devant le tribunal
Tag(s) : #Faits Divers

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :