Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A la question de la journaliste Louise Finlay, ( Magazine "Elle" 16 février 2004)" Que recherchez-vous chez un homme ?" Nicole Kidman confie : "Avant tout qu'il soit bien élevé (...)"

Mais qu'est-ce qu'être "bien élevé" ?

La bonne éducation, si elle est universelle, n'a pas partout les mêmes codes.
Chaque civilisation, chaque pays a ses usages.
Les bonnes manières, si chères à une certaine baronne, seraient peut-être très peu appréciées de l'autre côté de la planète, et inversement.

Et puis, le monde bouge.
Les révérences qu'on apprenait dès le plus jeune âge aux petites filles de la bonne société sont évidemment désuètes.

Qu'en est-il aujourd'hui, du savoir vivre ?

 

Être bien élevé, c'est avant tout respecter les autres...

Et il ne faut pas être né dans un château et hanter les soirées mondaines pour connaître les codes les plus élémentaires du savoir-vivre.

Un "merci" n'écorche pas les lèvres.
Pourquoi alors s'en priver, si quelqu'un vous laisse passer, vous ouvre la porte, ou même vous donne un prospectus publicitaire.
Par contre, pas de "merci" risque d'énerver l'autre et de déboucher sur "Vous pourriez dire merci !" On devine la suite...

Même chose au volant: quelqu'un vous laisse passer, n'oubliez pas de lui faire un petit geste de la main, au lieu de continuer sans le regarder, comme si vous étiez le roi (la reine) de la route dans votre 4X4.

Vous heurtez quelqu'un par inadvertance. La moindre des choses est de vous excuser. Tout se terminera alors par un sourire. Dans le cas contraire, on peut faire monter la violence d'un cran.T'as vu le pignouf ?

Même si la mouvance de mai 68 a "interdit d'interdire" et de ce fait même, occasionné quelques griffes dans les bons vieux codes du savoir-vivre, être bien élevé, ça peut toujours servir : Pour se faire des amis, pour être invité, même pour trouver plus facilement du boulot, ou....pour être bien vu par sa belle-famille.

Mais la bonne éducation ne doit pas être un simple vernis qui craque à la première occasion.
Connaître sur le bout des doigts les règles de politesse les plus pointues, et rigoler de ceux qui ne savent pas se servir d'un couvert à poisson, se comporter comme un goujat dès que l'on doit patienter 5 minutes, raconter sa vie (ou ses affaires) sur son portable dans un lieu public, laisser son chien faire ses besoins partout etc, etc..., ce n'est pas vraiment être bien élevé...

 

Les présentations

Comment les présenter ?
Entre copains, pas de problème.
Mais si la fête a une allure plus officielle, il faudra respecter certaines règles, en tenant compte ces critères :

Le sexe : on présente toujours l’homme à la femme
L'âge : on présente le plus jeune au plus âgé.

La position sociale : on présente le simple citoyen au personnage important.
C'est bien d'ajouter un petit détail sympa concernant la personne qu'on présente.
Par exemple: Papy, je te présente mon copain Eliott, qui est, comme toi, très fort à Counter Strike ! ou "Tante Simone, je te présente Julie, qui revient d'un voyage passionnant en Patagonie".

Lorsqu'on est présenté à quelqu'un, on répond : "Ravi de faire votre connaissance" ou tout simplement "Bonjour Monsieur (ou Madame)" mais en aucun cas on ne dira "Enchanté(e)", sauf si on est Merlin ou la fée Clochette..

Lorsqu'on se présente soi même, un homme dira simplement son nom : "Jean Dupont" (et en aucun cas "Monsieur Jean Dupont").
Une femme pourrait dire "Madame Jean Dupont" mais la formule "Anne Dupont" est préférable.

 

Comment s’adresser oralement aux hôtes de marques ?

A une reine : « Madame »
A un roi : « Sire »
A un prince de sang royal : « Monseigneur »

A une princesse : « Madame »; Même si la princesse n'est pas mariée !

A un président, un ministre, un sénateur, un député… vous direz « Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, Monsieur le Sénateur, Monsieur le Député
Et pas "député, sénateur etc..."!
A un ambassadeur, « Monsieur l’Ambassadeur » ou "Madame l'Ambassadeur"

A un cardinal : " Monsieur le Cardinal" ou « Éminence ».
A un évêque : « Monseigneur »

A un général, un colonel... : "Général" "Colonel"...

A un(e) baron, comte(sse) marquis(e)..."Monsieur" ou "Madame"
Seule exception : Les ducs et duchesses, qui sont appelés "Monsieur le Duc" ou "Madame la Duchesse".
Cette formule est issue de l'étiquette de la cour de France, sous l'Ancien régime.

retour vers le haut de la page

Dresser la table

Pour recevoir ses amis, on choisit bien sûr une nappe propre, de la vaisselle, des verres et des couverts sans traces de doigts.

On dispose les assiettes à la même distance les unes des autres, à 1 cm du bord de la table.
Il faut compter au moins 55 cm entre chaque assiette.
On évite, si possible, de placer quelqu'un devant les pieds de la table.

Les verres (au moins 2 par personne) sont placés devant l'assiette. Le verre à eau à gauche, le verre à vin à droite, et ensuite par ordre de taille.

Les couverts se placent parallèlement à l'assiette, en fonction de l'arrivée des plats : les plus proches de l'assiette serviront pour le plat de résistance.
A l'extérieur de ceux -ci, on place les couverts pour l'entrée.
Les couteaux sont disposés à droite, les fourchettes à gauche.
Les couverts à dessert et à fromage peuvent être mis entre les verres et l'assiette, ou être amenés après, au moment de leur emploi.

 

Les places à table

Une fête entre amis se passe bien souvent de protocole.

Mais dans les règles de l’art, il vous faudra procéder ainsi : Vous placerez :

A la droite de la maîtresse de maison :

Un homme que vous recevez pour la première fois ;
Ou l’invité le plus âgé ;
Ou l’invité d’honneur
Ou l’époux de l’invitée d’honneur

A la gauche de la maîtresse de maison:

L’invité qui vient tout de suite après l’invité placé à droite.

A la droite du maître de maison :

Une femme que vous recevez pour la première fois ;
Ou l’invitée d’honneur
Ou l’épouse de l’invité d’honneur
Ou la femme la plus âgée

A la gauche du maître de maison :

L’invitée qui vient tout de suite après l’invitée placée à droite ;
Ou l’épouse de l’invité qui est à gauche de la maîtresse de maison.

Ce qui est vraiment impoli, à table, c'est...

  • De se précipiter pour se servir avant tout le monde

  • De se servir avant que la maîtresse de maison vous le propose

  • De passer son bras devant quelqu'un pour prendre un plat, l'eau, le sel....

  • De se servir une grosse portion

  • De s'aplatir sur la table, comme si on était un cancre au fond de la classe

  • De manger avec les coudes écartés, au risque d'éborgner ses voisins.

  • De ne pas attendre la maîtresse de maison pour commencer à manger.

  • De dire qu'on aime pas. Si on aime pas, on en prend un tout petit peu et on fait un effort.

  • De se resservir sans que l'on vous l'ait proposé

  • De manger la bouche ouverte

  • De se remplir la bouche d'une grosse bouchée

  • De lécher son couteau

  • De faire des gestes avec ses couverts, ou de faire un dessin sur la nappe avec son couteau...

  • De vider son verre d'un trait

  • De se curer les dents à table.

Ce qui est très poli, à table, c'est...
  • Quand on n'a pas fini de manger, on dispose ses couverts sur l'assiette sans les croiser et sans toucher la nappe.
    Si l'assiette était une horloge, les couverts sont déposés à "4h moins 20"

  • De bien ranger ses couverts quand on a fini de manger, parallèles. Si l'assiette était une horloge, les couverts sont rangés à "4h20", la fourchettes dents vers le haut et le couteau avec le côté coupant de la lame tourné vers la fourchette.

  • De s'essuyer la bouche avant et après avoir bu une gorgée.

  • Ne pas employer son couteau pour manger de la salade, des oeufs, du pain, du poisson, des pâtes ou des pâtisseries.
    Si la viande est très tendre (par exemple du pâté ou du foie gras), l'usage du couteau est déconseillé.

Petite histoire de protocole

La Reine Victoria d'Angleterre, accompagnée d'un chef d'État en visite officielle, remontait le Mail dans son carrosse tiré par des chevaux.
Un des chevaux lâcha un bruit incongru.
La reine, très ennuyée, s'excusa auprès de son hôte.
Celui-ci lui répondit: "Ne vous en faites pas, Madame. Mais si votre majesté n'avait rien dit, j'eusse pensé que c'était le cheval !

Tag(s) : #Savoir-Vivre
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :