Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Accusé par les sociétaires de la MATCA, Me Coulibaly Soungalo doit se défendre

 

Au pays de la bonne gouvernance prônée par Alassane Ouattara, Président de la République de Côte d’Ivoire, il est impensable de voir un avocat traduire l’ordonnateur principal d’une société qui l’emploie devant les tribunaux, non pas pour des honoraires impayés, mais pour conflit entre les administrateurs de ladite société !

‘‘C’est curieux qu’un avocat se retrouve au prétoire contre son employeur qui est censé le payer’’, s’indigne le Pca de la Matca (Mutuelle d’Assurance des Taxis Compteurs d’Abidjan). Cette ‘‘prouesse’’, Me Coulibaly Soungalo, se déclarant Avocat du Rassemblement des Républicains (RDR) et de l’Etat de Côte d’Ivoire, l’a réussie en traduisant le président du Conseil d’administration de la Matca, Adama Coulibaly, devant les tribunaux ivoiriens pour « abus de biens sociaux ». Alors que les sociétaires de ladite mutuelle accusent leur Pca « d’avoir signé un contrat onéreux avec cet avocat… » De quoi s’agit-il ?

Un contrat mystérieux !

Le Pca de la Matca était absent du 07 octobre 2011 au 20 avril 2012, pour cause de conflit entre administrateurs. Conflit que la Cima (Conférence Interafricaine des Marchés d’Assurance) a tranché en faveur de l’autorité du Pca, Adama Coulibaly, élu pour un mandat de six ans, lors de la 67èmesession ordinaire tenue à Lomé (Togo) du 23 au 27 avril 2012. Et, le conseil d’administration s’en est sorti avec un avertissement pour avoir esté en justice devant le tribunal de Côte d’Ivoire sans en  référer à l’instance supranationale. Durant cette période d’absence du premier responsable de la mutuelle d’assurance, le directeur général, Coulibaly Dramane, a signé un « contrat mystérieux et juteux de soixante (60) millions de francs CFA » pour Me Coulibaly Soungalo. Qui serait son ami. L’avocat joint au téléphone au téléphone a reconnu cette somme comme étant réelle. Vrai ou faux ? Toujours est-il, ni le Dg ni l’avocat bénéficiaire, ne sont capables de fournir une copie de ce fameux contrat d’Avocat-conseil au Pca qui le réclame depuis.

La suspension du contrat d’Avocat-conseil par le Pca

Las d’attendre la copien de ce contrat qui ne lui parvient pas, Adama Coulibaly, Pca, a pris une décision d’autorité à l’endroit de Me Coulibaly Soungalo, jeudi 21 juin 2012. L’objet du courrier : « suspension de vos fonctions d’Avocat-conseil de la Matca et demande de communication du contrat d’assistance ». La lettre est ainsi libellée : « J’apprends également que vous détenez un document présenté sous forme de contrat d’assistance vous désignant Avocat-conseil de la MATCA pour des honoraires estimés à soixante (60) millions de francs CFA par an et signé par mes soins. Je ne me souviens pas avoir pris une telle décision qui cause une confusion au sein de la MATCA. Aussi, pour des raisons de contrôle et de clarification, je vous informe de la suspension de toutes vos prérogatives et fonctions en qualité d’Avocat-conseil de la MATCA dès réception des présentes ». Ce courrier contient une injonction ferme au bénéficiaire de ce contrat qu’ entoure un mystère ; « par ailleurs, je vous remercie de bien vouloir déposer à mon secrétariat, sous 24 heures, une copie du contrat d’assistance que vous détenez ».

La gabegie sur 6 mois

Personne ne peut, aujourd’hui, dire avec exactitude le montant exact des détournements réalisés durant la période d’absence du Pca. A preuve, « En plus du contrat de 60 millions hors honoraires signé pour Me Soungalo, beaucoup d’argent serait sorti des caisses de la Matca pour engraisser policiers, magistrats et avocats afin que ces derniers empêchent le Pca de reprendre son poste. Tous ces détournements ont enfoncé la boîte. En octobre 2011, le besoin de financement qui était estimé à 1, 2 milliards de francs CFA est passé, en 6 mois d’absence du Pca après, à plus de 2,5 milliards de nos francs », reconnait un administrateur.

 

Fulbert Bilé

fbile05@yahoo.fr

Tag(s) : #Economie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :