Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rappel des dates-clés de la Côte d'Ivoire depuis le coup d'Etat de 1999, qui a inauguré une décennie de crise politico-militaire:
- 24 déc 1999: Le président Henri Konan Bédié, au pouvoir depuis 1993, est
renversé par un coup d'Etat militaire, le premier de l'histoire du pays, mené par le général Robert Gueï.
- 26 oct 2000: L'opposant historique Laurent Gbagbo accède à la présidence
à l'issue d'une élection controversée dont ont été exclus Henri Konan Bédié et
l'ex-Premier ministre Alassane Ouattara. L'investiture a été précédée de trois
jours de violences politiques et parfois ethnico-religieuses.
- 19 sept 2002: Début d'une rébellion militaire, avec des attaques visant
le coeur du pouvoir à Abidjan, Bouaké (centre) et Korhogo (nord). Elle échoue
à renverser M. Gbagbo et se replie sur le nord, dont elle prend le contrôle.
- 29 sept: Sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats
d'Afrique de l'ouest (Cédéao) à Accra qui crée un groupe de contact pour une
médiation.
- 15-24 jan 2003: Une table ronde réunit les protagonistes à Marcoussis
(France). Les principaux partis et les mouvements rebelles signent un accord
prévoyant le maintien au pouvoir de Gbagbo et un gouvernement incluant les
rebelles. Manifestations antifrançaises par des organisations proches du
président pour dénoncer les accords.
- 30 juil 2004: Un accord est signé à Accra pour relancer Marcoussis après
d'âpres négociations en présence de chefs d'Etat africains et du secrétaire
général de l'ONU.
- 6 nov: Deux jours après la relance du conflit par des raids aériens
contre des rebelles, neuf soldats français sont tués dans un raid loyaliste à
Bouaké. Les militaires français détruisent une partie de l'aviation
ivoirienne. Manifestations antifrançaises et exactions provoquent le départ de
plus de 8.000 Français. 57 civils ivoiriens sont tués par l'armée française,
selon Abidjan.
- 6 avr et 29 juin 2005: A l'invitation du président Thabo Mbeki, mandaté
par l'Union africaine (UA), qui a multiplié consultations et déplacements à
Abidjan, les protagonistes signent les accords de Pretoria I et II, prévoyant
notamment la fin des hostilités, le démantèlement des milices et la reprise du
désarmement.
En octobre 2006, Mbeki est "déchargé" de la médiation. Comme ce fut le cas
pour les précédents accords, ceux de Pretoria restent très largement lettre
morte.
- 4 mars 2007: Laurent Gbagbo et le chef de la rébellion rebaptisée Forces
nouvelles (FN) Guillaume Soro signent l'"accord politique de Ouagadougou".
Celui-ci reprend la plupart des revendications de Gbagbo et prévoit la mise à
l'écart d'une communauté internationale dont il dénonçait l'"ingérence". Le
29, Soro est nommé Premier ministre. Fin 2008, l'accord "Ouaga IV" prévoit
d'intégrer d'anciens combattants FN dans l'armée.
- 31 oct et 28 nov 2010: Election présidentielle, reportée six fois depuis
2005. Le pays est depuis déchiré entre Gbagbo, qui refuse de céder le pouvoir,
et Ouattara. Celui-ci a été déclaré vainqueur par la commission électorale et
l'ONU, mais le Conseil constitutionnel a invalidé en partie ces résultats et
proclamé Gbagbo réélu.
- 28 déc: Première médiation de la Cédéao pour tenter de convaincre Gbagbo
de céder le pouvoir. Le 24, elle a menacé de le déloger par la force.
- 10 mars 2011: L'UA confirme l'élection à la présidence de Ouattara. Le
camp Gbagbo rejette la décision et agite la menace d'une reprise de la guerre
civile.
Selon l'ONU, les violences ont fait près de 400 morts depuis la mi-décembre
2010.

 

Tag(s) : #Politique