Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le braquage des résultats de la présidentielle du 28 novembre par Laurent Gbagbo qui continue de se maintenir au pouvoir fait des émules. En effet, alors que la loi sur la presse lui en fait interdiction, César Etou,  président de la Commission paritaire de la carte d’identité professionnelle des journalistes qui continue tranquillement tout à la fois d’exercer comme journaliste à Notre Voie et diriger cette structure statutaire de journalistes. L’on ne peut comprendre que des professionnels présumés qui connaissent sur le bout des doigts la loi sur la presse qu’ils ne cessent de brandir à tout bout de champs puissent la méconnaître de manière aussi sélective. Il n’est point question d’accepter un tel cumul qui fait une entorse au règlement. D’ailleurs, les conditions de désignation des membres du CNP (Conseil National de Presse) n’ayant pas observé les règles élémentaires qui y ont cours, n’ont pas été du goût aussi bien de la Conférence des Directeurs de Publication, du GEPCI que de certaines rédactions. Ceux-ci comprennent difficilement à quoi riment ces manquements à l’éthique et à la déontologie qui doivent prendre leur source dans les organisationnelles professionnelles de journalistes. La Presse est en danger si les journalistes qui dirigent les structures professionnelles qui la composent en violent les règles. César Etou est en même temps au CNP et président de la commission paritaire de la carte d’identité professionnelle des journalistes. Comme s’il était le seul journaliste en Côte d’Ivoire à pouvoir occuper ce poste. Après Deby Dalli qui est un militant notoire de LMP, il aurait été juste et équitable que ce poste soit pourvu par un professionnel autre que ceux proches de Laurent Gbagbo. La Côte d’Ivoire ne peut accepter un autre hold-up après celui des résultats du 28 novembre braqués par Laurent Gbagbo. ‘‘Garantir un pluralisme de la presse qui se distingue de la pluralité de titres’’. Telle est l’une des missions que s’assigne le CNP. Mais avec de tels  manquements aux textes fondamentaux du Conseil National de la Presse, le dessein inavoué de mettre au pas ou de bâillonner la presse de l’opposition ne prospèrera pas.

Tag(s) : #Politique