Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Conseil d’Alassane Ouattara durant le conflit postélectoral, le "Bouddha de Daoukro" a tiré pleinement profit de la crise pour coopter son premier cercle. Avant les postes ministériels décrochés au gouvernement, le président Bédié avait déjà placé des cadres de son parti à quelques postes bien juteux. Décryptage.

Le président du PDCI-RDA pourra définitivement se frotter les mains quand le nouveau chef de l’Etat, Alassane Ouattara, aura tenu sa promesse électorale d’offrir la Primature à son parti. Dans l’attente ce poste de Premier ministre pour lequel beaucoup de cadres du vieux parti sont alignés, selon La Lettre du Continent, « l’ancien président Henri Konan Bédié, dit HKB, est le grand gagnant du partage du gâteau ivoirien après la chute de Laurent Gbagbo ». D’après le tirage de la dépêche diplomatique panafricaine du 12 mai 2011 éditée à Paris, Bédié a commencé à être servi dés le 6 mai, date de la prestation de serment d’Alassane Ouattara. Et à La Lettre du Continent de poursuivre pour révéler que "HKB", qui n’a cessé de conseiller ADO durant la crise postélectorale, et qui est très écouté par ce dernier, profite de la situation pour propulser plusieurs membres influents de son premier cercle à des postes de responsabilité. Ainsi, Guy Rodrigue Koizan, le jeune frère de son épouse Henriette Bomo Koizan-Konan Bédié, a été nommé directeur de la Versus Bank. L’établissement, qui a servi de caisse pour le régime Gbagbo, devrait financer à hauteur de 2 milliards F CFA (4,3 millions €) la cérémonie d’investiture d’ADO, le 21 mai à Yamoussoukro. Daniel Gnagni, frère de Pierre N’Da Gnagni, baron du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), a pris le contrôle de la stratégique Société nationale d’opérations pétrolières de la Côte d’Ivoire (Petroci). Remarqué pour ses tribunes anti-Gbagbo au cours de la crise postélectorale, le journaliste Venance Konan a été propulsé directeur du quotidien gouvernemental Fraternité matin. Dès sa nomination, Konan, qui fut par le passé le chantre de l’ivoirité, s’est rendu à Daoukro (Centre-est), fief de Bédié, pour le remercier.

Le nouveau directeur national de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Jean-Baptiste Aman Ayayé, a été l’éphémère ministre du budget de HKB à la fin des années 90. Quant à Hien Sié, le nouveau directeur général par intérim du Port autonome d’Abidjan (PAA), c’est un allié de la première heure de l’ancien président. Tout comme Simplice Koffi Kouadio, magistrat nommé procureur de la République d’Abidjan. Parent de Jeannot Ahoussou, l’avocat de Bédié et actuel ministre de la Justice, Koffi est chargé des enquêtes judiciaires lancées contre Gbagbo et quelque 200 de ses proches. De son côté, Noël Akossi Bendjo, un rénovateur du PDCI qui s’est rapproché de Bédié, a remplacé Laurent Ottro Zirignon, l’oncle de Gbagbo, à la tête du conseil d’administration de la Société ivoirienne de raffinage (SIR). Ministre de l’Industrie sous Félix Houphouët-Boigny, Bernard Ehui Koutouan est, lui, pressenti comme ambassadeur de Côte d’Ivoire au Ghana. Enfin, Romain Porquet, le responsable du protocole de Bédié, coordonne celui d’Alassane Ouattara. Il a déjà été très actif durant la cérémonie de prestation de serment d’ADO. Porquet s’était rapproché de Bédié lorsque ce dernier était président de l’Assemblée nationale (1980-1993). Enfin, selon La Lettre du Continent qui déclare le président du PDCI-RDA « vainqueur du troisième tour » de la présidentielle ivoirienne, vu la moisson en terme de postes pour son parti, HKB n’a pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin. En attendant la Primature, il a arraché huit (8) portefeuilles ministériels dans le gouvernement pléthorique de 36 membres d’Alassane Ouattara.


Tag(s) : #Politique