Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’entêtement de Laurent Gbagbo à confisquer le pouvoir après le 28 novembre 2010 a donné lieu à des sanctions de l’Union Européenne pour rébellion et non reconnaissance du gouvernement légitime d’Alassane Ouattara. Aussi, voulant forcer la main aux nouveaux dirigeants en faisant croire à leur position incontournable dans la résolution de la crise qu’ils ont créée et entretenue, Laurent Gbagbo et son clan optent pour le massacre des Ivoiriens. Sans aucun état d’âme, en recrutant, en armant et en payant des mercenaires libériens et angolais suppléés par des miliciens ivoiriens encadrés par des Fds qui lui sont restées fidèles pour tuer et massacrer les populations civiles. Pour accréditer la thèse des germes d’une guerre civile si Laurent Gbagbo était écarté d’un pouvoir qu’il a perdu à la régulière dans les urnes. Le candidat malheureux à la présidentielle du 28 novembre 2010 va soumettre la commune d’Abobo à un bombardement excessif et à la suite duquel des vies de dizaines, de centaines d’hommes, de femmes et d’enfants vont être fauchées. Sans que Laurent Gbagbo et son gouvernement ni les hommes religieux ne s’en émeuvent. La plus grande autorité spirituelle chrétienne catholique du pays ayant aussi décidé de pratiquer la politique de l’autruche qui sied mal à un homme de Dieu. Fort heureusement pour les Ivoiriens, Laurent Gbagbo sera extrait de sa cave, selon le mot de Jean Marc Simon, l’Ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, par les Forces Républicaines de Côte d’Ivoire. Tandis que le chef de la refondation et sa suite sont exfiltrés vers l’hôtel du Golf. Affi N’guessan qui avait perdu sa langue auparavant va subitement retrouvé toute sa verve quand il attendra d’être sécurisé au 43e Bima à Port-Bouet. La base militaire française dont son parti et sa jeunesse fanatisée et dopée aux slogans toutes aussi xénophobes que farfelus avaient demandé voire ‘‘exigé’’ le départ. comme ils le feront plus tard pour l’Onuci (l’Opération des Nations-Unies pour la Côte d’Ivoire). C’est de la base militaire française de Port-Bouet qu’Affi peut désormais pérorer au micro de ces radios pourtant interdites de diffusion sur le territoire ivoirien. C’est justement là où se cache le dessein inavoué d’Affi N’Guessan. En effet, étant sur la liste des sanctionnés de l’Union Européenne l’homme à qui les militants du FPI ( Front Populaire Ivoirien) reprochent son indolence et son incapacité à diriger leur parti veut faire croire qu’il n’est pas en sécurité et que sa vie est menacée, afin de bénéficier non seulement de l’asile politique en France mais également de voir son nom retiré de la liste des sanctionnés de l’Union Européenne. Sinon, il est incongru de se planquer et de continuer à donner dans la provocation alors que Laurent Gbagbo n’a plus voix au chapitre. Il faudra dans le même temps faire attention à circonscrire les relations d’Affi N’Guessan qui ne cesse d’appeler à la désobéissance civile. C’est ici le lieu d’éprouver la sincérité des ralliements. Il est vrai que les ralliements se font mais la hiérarchie des FRCI peut-elle garantir de la sincérité de certains éléments des Fds qui sont peut-être encore fidèles à l’ex-Président Laurent Gbagbo ? Comment savoir que certains des éléments ne vont pas devenir le cheval de Troie de LMP ? Parce que l’assurance avec laquelle parle Affi N’Guessan renvoie à ses accusations portées contre le Général Robert Guéi. Et s’il y a un chapitre sur lequel les Ivoiriens dignes ne peuvent qu’être d’accord avec Affi N’Guessan, c’est sur celui des enquêtes depuis 2000. Afin de rechercher, juger et punir les coupables. Quels qu’ils soient. Ces enquêtes permettront de connaître les circonstances de la circonstance du meurtre du Général Robert Guei à qui Affi N’Guessan attribuait la tentative d’un coup d’Etat. Aujourd’hui, plutôt que de jouer les fanfarons, celui qui rêve encore de la Primature en Côte d’Ivoire peut prendre des vessies pour des lanternes et espérer. Ne dit-on pas que ‘‘tant qu’il y a la vie, il y a de l’espoir ?’’. En attendant, Alassane Ouattara avance en pensant à l’avenir de la Côte d’Ivoire, qui était le dernier des soucis des membres de LMP. Dont la seule chose qu’ils ont réussie à introduire dans ce pays n’est rien d’autre que la haine des Ivoiriens les uns pour les autres. Et dire qu’ils s’en délectaient. Aujourd’hui, avec l’avènement du Dr Alassane Ouattara, une nouvelle Côte d’Ivoire naître avec l’Ivoirien nouveau. Aussi, Affi N’Guessan devra plutôt tenir un discours rassembleur car Alassane Ouattara n’a nullement d’écarter personne de la gestion du pouvoir. Pourvu que les personnes sollicitées en aient les qualités et les capacités. La Côte d’Ivoire est un pays trop sérieux pour y jouer au pyromane. La seule bataille qui vaille la peine, c’est de réussir la réconciliation afin bâtir cette nation à laquelle le Président Félix Houphouët-Boigny tenait tant.

Tag(s) : #Politique