Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les conventions de financement viennent d’être paraphées dans ce sens à Yaoundé

500 mégawatts
Les signataires étaient d’une part, le ministre de l’Energie et de l’eau (Minee) et le coordonnateur général des centrales photovoltaïques, pour le compte de Fides gestion d’autre part,  entre ces derniers, Electricity  development corporation (Edc).  Le premier contrat, apprend-on, est un contrat de service qui engage l’Etat et qui donne le cadre des négociations. Le second est un contrat Ppa qui est un contrat de rachat de l’électricité. « Ce contrat précise le prix de rachat de l’électricité, que Edc rachètera tout ce que nous produirons, et donne les dates d’exécution de ce contrat», explique Jean Youtou Bothe, le  coordonnateur général des centrales photovoltaïques. Globalement, le projet consiste en la construction de centrales photovoltaïques sur une cinquantaine de sites sur l’ensemble du territoire national, pour une capacité totale de 500 mégawatts, sur une durée de cinq ans. «C’est une énergie qui sera en courant continue et on transformera du courant continue en courant alternatif pour pouvoir rejeter dans le réseau», explique l’expert.  « Une ville comme Yingui qui n’a pas de réseau, on va stocker l’énergie pour gérer la pointe de nuit, 19h-21h», apprend Jean Youtou Bothe.  La première phase dite pilote devant être engagée fin 2012, «après les pluies, en octobre», tel qu’indiqué par le responsable de Fides.

 

© grand-pressigny.com
580 milliards pour construire les centrales photovoltaïques au Cameroun

 

Résorber le déficit énergétique
Pour un an. Mais «une ville comme Sangmélima, avec une centrale de 30Mw, sera construite en 7 mois», rassure Jean Youtou. Celle-ci produira 100 Mégawatts (Mw) et les bénéficiaires sont entre autres les villes de Sangmélima, Maroua et Yingui. On apprend que les études géologiques et géotechniques, l’étude d’impact environnemental et social et celle du gisement solaire vont être menées. Les 400 autres Mw rentrent dans la deuxième phase. Il est question de remplacer tous les groupes à Hfo (Diesel) par des mini centrales à travers le pays dans les zones fortement enclavées, et l’installation de nouvelles centrales dans des zones vierges. Ce projet va dans l’ensemble en attendant l’aboutissement des grands projets en cours que sont les barrages de Lom Pangar, de Mekim et de Mem’vele. Mais il est aussi question de diversifier les sources d’énergie. Les accords prévoient une durée d’exploitation de 25 ans. «Le chef de l’Etat a donné des instructions pour qu’en plus des barrages hydroélectriques, nous développions des énergies renouvelables comme le solaire», révèle le Dg d’Edc. «C’est un contrat d’achat avec l’opérateur qui va produire. Aes et les grands comptes comme les communes et communautés urbaines vont acheter cette énergie. Il est prévu de remplacer certaines de ces centrales thermiques diesel trop coûteuses et parfois indisponibles, par l’énergie solaire», ajoute Théodore Nsangou.

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0