Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Potiche ou complice active du démon, les appréciations du rôle de celle qui précéda (de deux minutes) Adolf Hitler dans la mort, juste après l'avoir épousé le 30 avril 1945, varient du tout au tout, d'autant que son existence officielle fut des plus discrètes.

Née en 1912, Eva Braun devient vendeuse chez le photographe officiel du parti nazi, Hoffmann, installé à quelques encablures du quartier général du NSDAP, le parti nazi, à Munich. C'est là qu'elle rencontre Hitler, de 23 ans son aîné.

Quand devient-elle sa maîtresse ? Impossible de le savoir, d'autant qu'elle doit braver l'opposition de son père, farouchement hostile aux nazis. Les employés chargés de nettoyer le Berghof, résidence de Hitler dans l'Obersalzberg auraient conclu de l'examen des draps de qu'il ne se passait rien entre le Führer et Eva Braun, mais il s'agit là sans doute d'une des nombreuses légendes qui entourent le couple.

Elle fait en 1932 une tentative de suicide avec un pistolet, puis une seconde, en 1935 à l'aide de somnifères. Les motivations n'en sont pas exactement connues. Sa position n'est sans doute pas toujours facile : Hitler refuse de l'épouser car il souhaite rester célibataire pour continuer à attirer les femmes. Les acteurs de cinéma, explique-t-il, perdent de leur aura auprès des femmes en se mariant, il ne veut pas connaître leur sort. Eva Braun n'a donc aucune existence officielle en Allemagne, la presse n'en parle jamais. Aux États-Unis le « Time » dévoile son existence en 1939.

Pourtant, elle accompagne Hitler dans nombre de sorties et promenades, mais parmi les secrétaires. Jeune femme sportive et dynamique, elle apprécie le grand air et la baignade. Lorsque Hitler séjourne, parfois longuement, au Berghof, elle est plus à son aise. Leur intimité s'y fait plus visible, parmi des invités au courant de leur relation. Goebbels souligne ainsi que le Führer lui est très attaché.

Après la guerre, à l'inverse, les témoignages d'anciens nazis et les biographes de Hitler minimisent son rôle : consciemment ou non, il est difficile d'admettre qu'il ait été un homme de chair et de sang. Une biographie allemande, non traduite (*), tente de donner une image plus complexe de cette femme tout en reconnaissant que, après la destruction de presque tous les documents la concernant en 1945, il ne s'agit que d'hypothèses.

Comment imaginer qu'elle se soit tenue à l'écart de la vie politique alors qu'elle a vécu au moins 16 ans au milieu de nazis ? Des photographies montrent qu'elle est présente lorsque se négocient les affaires importantes, pas uniquement pour les discussions frivoles. Il ne sera sans doute jamais possible d'évaluer exactement son action, mais réduire celle qui refuse jusqu'à la fin de quitter Hitler au simple rôle de distraction du dictateur paraît pour le moins réducteur.

Yves Chenal
Tag(s) : #Documents

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :