Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


 
Le conseiller de la République Roland Désiré Aba'a qui a entamé une grève de la faim le 14 juillet à Libreville pour obtenir le départ des forces françaises du Gabon a été emmené de force à l'hôpital dans la nuit de lundi à mardi, a appris l'AFP de sources concordantes.

Une trentaine de ses partisans ont été délogés de la place de l'Indépendance, selon un des partisans, présent sur les lieux au moment de l'intervention policière.

M. Aba'a "n'est pas d'accord qu'on lui administre des soins de force. Il se considère comme séquestré à l'hôpital Jeanne Ebori (Libreville) malgré la volonté affichée du gouvernement de ne pas le voir mourir", a affirmé à l'AFP son porte-parole Francis Jean-Jacques Evouna, membre comme M. Aba'a du Conseil économique et social.

M. Evouna affirme avoir pu parler à M. Aba'a pendant la matinée avant que celui-ci ne lui signifie qu'on allait lui confisquer son portable.

Selon un témoin, la ministre de la Santé s'est déplacée en personne en soirée pour visiter le gréviste qui s'était attaché depuis le 14 juillet à la hampe d'un drapeau gabonais sur la place de l'Indépendance de Libreville.

"En fin de soirée, des forces anti-émeutes ont pris position sur la place et ont indiqué au conseiller qu'ils allaient l'emmener l'hôpital et que nous (ses partisans) devions partir. Il a refusé et alors ils l'ont emmené de force dans une ambulance après avoir coupé la chaîne. Ils ont déchiré les banderoles et arrêté une quinzaine de personnes. Une personne a été blessée", selon ce partisan, qui a précisé que ceux-ci avaient été libérés dans la matinée.

Selon un porte-parole du ministère de l'Intérieur, Jean-Eric Nziengui Mangala il n'y a pas eu d'arrestations mais des "gens ont tenté de s'interposer".

M. Aba'a avait choisi de commencer sa grève de la faim le 14 juillet, date de la fête nationale française.
Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0