Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il avait sauvagement sodomise une prostituée inexpérimentée.
Coutumier des faits, ce sadique était la terreur des prostituées du bar Chez Iba à Dieupeul. Sa dernière victime, probablement une « nouvelle » qui ne l'avait jamais rencontré, l'a appris à ses dépens. Alors qu'il en avait abordé quatre autres qui, n'ignorant rien de son palmarès, ont tout bonnement refusé. Il s'est embarqué avec la « nouvelle » dans un taxi, à 2 heures du matin, pour aller dans sa concession, à la Patte d'Oie. Dès le départ du taxi, le chauffeur de transport en commun Dakar Ziguinchor, tord violemment le bras de la dame, sort son couteau, et menace de la tuer si elle n'obéissait pas. C'est en plein air, sous la menace de l'arme blanche qu'il a sodomisé la dame.

Avant de voler sa pochette et son portable, et de disparaître dans la nature. Arrêté, et déféré au parquet, il a comparu à la barre en ce 18 janvier 2011. Le procureur Modou Sokhna Thiam avait requis 7 ans ferme. L'avocat de la partie civile, avait aussi réclamé 350.000 francs de dommages-intérêts. Le tribunal ne lui a accordé que 300.000 francs, tout en condamnant le prévenu à 4 ans ferme.

La quarantaine, Elhadji Seydou Nourou Tall Sow, chauffeur de transport en commun reliant Dakar à Ziguinchor, a été interpellé, suite à une plainte déposée au commissariat de Dieupeul par la prostituée Marie Faye, pour deux chefs de délits : viol commis avec violence et vol. Interpellé le 4 janvier dernier, puis déféré au parquet, le mis en cause a comparu à la barre de la Deuxième composition des flagrants délits, le 18 du mois courant pour répondre des faits qui lui sont reprochés. A côté de lui, la dame Marie Faye, partie civile.

A l'interrogatoire, la victime a expliqué que cette nuit-là, alors qu'elle se trouvait au bar « Chez Iba » à Dieupeul, le prévenu est venu lui proposer des rapports sexuels. Après un marchandage serré, ils trouvent un accord, et quittent ledit bar vers 2h matin, à bord d'un taxi, à destination de son « appartement dans les immeubles à la Patte D'Oie ». Mais, arrivés sous le pont, il refuse de payer au taximan son dû, emmenant la dame à le faire elle-même.

Récidiviste

Ce comportement n'était qu'un avant-goût de la suite ; car, dès le départ du taxi, il lui a violemment tordu le bras, et sous la menace de son couteau, l'a sauvagement violée par sodomie... « Après un premier coup, il a récidivé, j'ai crié, en vain, personne n'était là à cette heure, et une fois satisfait, il a pris la fuite.

Après avoir volé ma pochette et mon portable. C'est ainsi que j'ai déposé une plainte au commissariat de Dieupeul », a-t-elle narré. 4 jours après, le lascar est revenu dans le bar, cherchant sans doute une nouvelle proie à dévorer. Mais, dès que sa victime l'a aperçu, elle a appelé la police, qui l'a arrêté. La dame d'ajouter que le prévenu, coutumier des faits, lui a pris sa pochette contenant 25.000 francs ; et son téléphone portable d'une valeur de 50.000 francs, alors qu'ils s'étaient mis d'accord pour 10.000 francs, les deux passes.

Elhadji Seydou Nourou Tall Sow a reconnu les faits, tout en soutenant avoir respecté à la lettre les termes de l'accord auquel ils avaient abouti. Rejetant toute idée de viol, il dira qu'il revenait de Ziguinchor la nuit, et qu'il avait suffisamment d'argent, pour ne pas voler celui de la dame. « Elle voulait plus d'argent, ce je n'ai pas du accepté.

Quand on m'a arrêté, à la police, elle m'a réclamé 70.000 francs, que je n'ai pas voulu payer », a-t-il argué. L'avocat de la partie civile, Me Benoît, dans sa plaidoirie, a expliqué que sa cliente est une prostituée en règle. « Quand on refuse de payer son dû à une péripatéticienne, ça devient un viol, car elle n'a que son corps pour vivre, les autres prostituées connaissent bien le prévenu, pour des fait similaires, Koura Thiam a déclaré que Marie Faye est revenue revenait en pleurant », a-t-il plaidé. Avant de demander au tribunal de le maintenir dans les liens de la prévention, de le condamner à telle peine qui plaira au procureur, et de recevoir, pour leur constitution de partie civile, la somme de 350.000 francs.

Le procureur Modou Sokhna Thiam, dans son réquisitoire, dira que les faits reprochés au prévenu sont palpables, avant de requérir à son encontre 7 ans de prison ferme. Le conseil du prévenu, Me Weber, a tenté de prouver l'innocence de son client, en soutenant que la prostituée a beaucoup varié dans ses déclarations. Ce qui l'a conduit à demander la relaxe au bénéfice du doute. Au délibéré, le tribunal l'a reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés, l'a condamné à 4 ans de prison ferme, et à payer à la dame la somme de 300.000 francs.
Tag(s) : #Faits Divers
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :