Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Le 27 novembre 511, à l’âge de 45 ans, le roi des Francs Clovis meurt. Au-delà des événements fameux, son baptême et la victoire de Vouillé, Clovis fut un législateur voulant fonder une société nouvelle mais son œuvre resta inachevée... L’historien Michel Rouche présente au cours de cette émission les dernières années du règne et la portée de son œuvre.

Il ne faudrait pas cantonner l’action politique de Clovis, après son fameux baptême, aux faits militaires et notamment à la fameuse bataille de Vouillé en 507 au cours de laquelle Alaric, roi des Wisigoths, est tué. En effet Clovis fut un législateur soumis à un dessein politique précis : la promulgation de la loi salique, l’adoption du bréviaire d’Alaric et le Concile d’Orléans révèlent sa volonté de fonder une société nouvelle, une société qui ne peut guère se passer de lois : "La loi, écrit Michel Rouche, allait se substituer aux rapports de force (...) Clovis a hérité du droit impériale de proclamer des préceptes, il ne peut le faire qu’en conformité avec les règles antérieures. Comme il est lui-même soumis aux lois, il peut réclamer en retour l’obéissance de ses sujets.

Les Gallo-romains, de leur côté, sont protégés par un roi qui les respecte. Avec de tels principes juridiques, le gouvernement de Clovis ne pouvait être despotique." Nous retrouvons la même idée dans les questions religieuses puisque Clovis applique les principes du pape Gélase Ier, codificateur de la dissociation et de la séparation du pouvoir temporel et du pouvoir spirituel."

Le Christ sépare le temporel du spirituel
Le Christ sépare le temporel du spirituel
Décret de Gratien, XIIIe siècle.

Auteur d’une biographie de Clovis (Fayard, 1996), Michel Rouche décrit pour nous les deux dernières années du roi des Francs qui laisse à Clotilde une oeuvre inachevée. Il explique au cours de cette émission en quoi Clovis fut "un visionnaire [d’] envergure" qui n’a pas raisonné en fonction de ses intérêts immédiats mais bien au nom d’un intérêt supérieur, la res publica.

L’auteur.

Michel Rouche, né à Paris le 30 mai 1934, est un historien français, professeur émerite des universités, spécialiste de l’histoire de la Gaule entre l’Empire romain et le Moyen Âge. Il a enseigné à l’Université Charles-de-Gaulle - Lille III de 1969 à 1989, puis à l’Université de Paris IV - Sorbonne, comme professeur d’université. Il a été maître de conférences à l’Institut catholique de Paris. Ses recherches portent sur la fin de l’Antiquité et l’implantation des royaumes "barbares" au Haut Moyen Âge, notamment le royaume wisigoth.

Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont plusieurs ont été primés par les Académies : Attila, La violence nomade, 2009, Fayard ; Les origines du christianisme 30-451, hachette supérieur, 2007 ; Petite histoire du couple et de la sexualité, Société Sciences Humaines, entretien avec Benoît De Sagazan, CLD Editeur, réédition 2006 ; Le choc des cultures. Romanité, germanité, chrétienté durant le haut Moyen Age, Collection Histoire Et Civilisations, Presses Universitaires du Septentrion, 2003 ; Clovis, Fayard, 1996.

Tag(s) : #Documents

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :