Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Snapshot_20120905.JPG

9 mois après avoir refusé l'aide de la Cedeao d'en venir à bout de la rébellion qui s'est incrustée au Nord-Mali, l'autorité malienne qui se résumait à la junte s'est enfin assagie. Ayant compris au passage qu'aucun Etat, fût-il le grand Mali ne veut évoluer en autarcie.
Les membres de la junte militaire dont la véritable ambition était de devenir ministres ayant obtenu gain de cause n'avaient absolument rien à faire des préoccupations des Maliens. Ceci justifiant que les putschistes traînent les pieds jusqu'à la satisfaction totale de leur projet de devenir quelqu'un. Fort heureusement, la lumière des saints hommes de Tombouctou qu'ils ont contribué à détruire dans leur imcapacité à bouter la rébellion hors du septentrion malien leur a ouvert l'esprit et permis de comprendre qu'il n'y a pas que les strapontins donc les intérêts personnels et égoistes voire mercantiles qui priment dans la vie d'un citoyen. Mais plutôt ceux dits supérieurs dont parlent les patriotes, les vrais. Aujourd'hui, le Président de la République du Mali, SEM Dioncouda Traoré est assuré du soutien de  ses pairs de la Cedeao et de l'emsemble de la communauté internationale. En effet, après avoir tergiversé à chosir entre l'affrontement direct et la négociation, l'option militaire, avec un contingent évolutif de 3.300 hommes, a été retenue au dernier sommet d'Abuja.  Toutefois, bien que les Maliens ont hâte d'en finir avec les hordes islamistes armées qui font la loi dans le Nord-Mali, il faut craindre pour les populations. Tant il est vrai que nul ne peut garantir qu'il n'y aura pas de dégâts collatéraux. En un mot, tout le monde sait qu'il est impossible de faire des omelettes sans casser des oeufs. Alors quelles sont les dispositions à prendre pour ne cibler que les envahisseurs? Là se trouve tout le problème.

 

 

 

Tag(s) : #Sur La Balance (Edito)

Partager cet article

Repost 0