Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Jeanne n’appartient à aucun parti, à aucun clan », selon Nicolas Sarkozy

Le président de la République Nicolas Sarkozy a célébré vendredi 6 janvier le 600e  anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc.

Nicolas Sarkozy avec le buste de Jeanne d'Arc reçu par des élus locaux au cours de la célébration...

(AFP PHOTO POOL / MICHEL EULER)

Nicolas Sarkozy avec le buste de Jeanne d'Arc reçu par des élus locaux au cours de la célébration du 600e anniversaire de la sainte à Domrémy-la-Canne vendredi 6 janvier.

« Qu’est-ce qu’on aurait dit, si je n’étais pas venu ? C’est un grand événement », a-t-il glissé, après avoir visité à huis clos l’église et la maison natale de Jeanne d’Arc à Domrémy-la-Pucelle (Vosges). Le chef de l’État a poursuivi les commémorations une vingtaine de kilomètres plus loin, à Vaucouleurs (Meuse), en parcourant au pas de charge les sites historiques de cette « petite Carcassonne de l’est », dite aussi « la cité du départ ». En février 1429, « elle quitta Vaucouleurs par la Porte de France pour rentrer dans l’histoire de France à jamais (…) C’est ici que tout a commencé », a rappelé Nicolas Sarkozy.

D’ailleurs, le président, qui n’est pas officiellement candidat à l’élection présidentielle, n’a pas résisté à la charge symbolique des lieux en empruntant cette célèbre porte située face à la Meuse, sous les flashs de nombreux photographes. Comme une image subliminale d’une entrée en campagne, à 100 jours du scrutin. Il était accompagné des ministres Gérard Longuet, Frédéric Mitterrand et Nadine Morano ainsi que de l’une de ses « plumes », Camille Pascal, et de son conseiller officieux, l’ancien directeur de Minute Patrick Buisson.

Ce dernier, habituellement avare de propos publics, a souligné que Nicolas Sarkozy « n’était pas en campagne » mais juste là dans son rôle de chef d’État. « Jeanne d’Arc n’appartient à personne, a-t-il affirmé. C’est l’esprit de résistance, l’incarnation de l’aristocratie populaire, la fille du peuple qui en a remontré aux politiques et aux docteurs de la Sorbonne. »

Peu après, durant une vingtaine de minutes, Nicolas Sarkozy a livré un discours sur la France, chargé de références historiques, républicaines et chrétiennes. « Jeanne n’appartient à aucun parti, à aucun clan, à aucune faction », a-t-il affirmé, alors que le Front national, qui a récupéré cette icône dans les années 1980, s’apprête à la célébrer samedi 7 janvier. « Le patriotisme, c’est l’amour viscéral de son pays, sans la haine des autres », a insisté le chef de l’État.