Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les populations des douze villages et campements situés derrière le fleuve bandama, dans la sous-préfecture de Sinématiali scrutent désormais l’horizon avec espoir depuis la visite surprise à elles rendu par le président du conseil d’administration de l’Union des coopératives agricoles Bafimé Côte d’Ivoire (Ucabci), Bamba Adama. Les populations de la coopérative agricole de Tiélibéguévogo (CAT) dirigée par Soro Yéssèrhè éprouvent de sérieuses difficultés dans l’acheminement de leurs productions de coton, d’anacarde et de céréales dont elles sont de grandes productrices. A l’occasion d’une récente visite dans ce village situé à 33 Km de Sinématiali, en passant par l’axe de Ferké et de Tiépkin, le Pca d’Ucabci, Bamba Adama s’est rendu compte que ses producteurs pouvaient parcourir 17 Km si elles avaient un moyen de traversée du bandama. Avec son partenaire extérieur qui l’accompagnait, ils ont promis se pencher sur le cas de ces populations qui se disent oubliées des cadres de Sinématiali. Selon le président de la coopérative agricole de Tiélibéguévogo, Soro Yéssèrhè, « nous sommes enclavés, nous n’avons pas de marché à côté ni de centre de santé ». Grâce à l’appui du Pca de la faîtière agricole Ucabci, les enfants de ces douze villages et campements n’ont plus besoin d’envoyer des gamins loin d’eux pour fréquenter l’école primaire. Le Dr Alassane Dramane Ouattara, en dirigeant visionnaire a promis la construction de centre de santé à cinq Km des localités.

traversée mortelle

Tout un espoir pour ces centaines d’âmes car dans un rayon de 17 Km il n’y a pas de centre de santé. « C’est un réel souci lorsqu’il y a un cas grave d’évacuation » affirme le président de la Cat. « Notre souhait est que le pays revienne rapidement à la stabilité pour que le gouvernement puisse nous construire un pont » souhaite M. Soro. Pour lui, ce « pont » pourrait être un « raccourci » pour rejoindre les localités de Niéllé et Diawala vers la frontière malienne. Ce pont auquel les populations rêvent tant faciliterait « l’arrivée des fonctionnaires » dans ce périmètre difficile d’accès. Pirogues pour traversée dangereuse Deux pirogues de moyenne dimension servent aux traversées. « Mais le Pca Bamba Adama qui pense au bien-être de ses coopérateurs entend contribuer à la facilitation de notre déplacement par la réduction de nos souffrances par l’acquisition d’un zodiac pour la traversée du fleuve bandama » annonce Soro Yéssèrhè. Poursuivant, il compte sur la concrétisation de cette promesse. « On sera content de voir cette promesse se concrétiser » espère Soro. Pour la réalisation de ce projet qui tient à cœur le Pca d’Ucabci, les populations souhaitent le départ rapide de l’ex-Président qui ignore leur existence. « Si l’ex-président pouvait m’entendre, je voudrais lui dire qu’il a fait ce qu’il a pu maintenant qu’il quitte pour laisser quelqu’un d’autre en l’occurrence le Président de la République, Alassane Ouattara que nous avons voté ici à 100°/° travailler aussi » soutient Soro Yéssèrhè. Pour lui, « c’est toujours lui (Gbagbo, Ndlr) qu’on vient pardonner mais qui refuse d’entendre raison, donc la solution, c’est l’utilisation d’une certaine force pour le faire partir » recommande le président de la coopérative de Tiélibéguévogo. Selon lui, quoique n’étant pas fils de Sinématiali comme Laurent Dona Fologo qui collabore avec Gbagbo depuis de longues années, le Pca d’Ucabci, Bamba Adama « fournit toujours des efforts pour nous ». La traversée du fleuve Bandama n’est pas sans danger. Déjà deux cas d’accident ont été enregistrés. « Il y a des gens qui ont été emportés par les eaux » soutient Soro Yéssèrhè qui espère un jour pour les populations, un pont, synonyme de « miracle ». Mais ce miracle passe inéluctablement par le départ de Laurent Gbagbo afin que le Dr Alassane Ouattara puisse prescrire à ces populations les « solutions » de l’espoir.

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0