Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans ces mêmes colonnes, il était fait mention, il n’y a guère, de la peur panique qui s’empare de la minorité présidentielle prétendument majeure au prononcer de la date de la présidentielle. Avec en tête, leur favori qui ne peut plus se défiler quant à sa tenue  le 31 octobre. Pour la simple raison que l’Ambassadeur du Japon a offert à la Côte d’Ivoire, par le truchement de la CEI, 25.000 urnes et 60.000 isoloirs. Et comme pour dire au fils du sergent-chef que le jeu de colin-maillard  auquel il a habitué la Côte d’Ivoire est enfin terminé, l’argent qui manquait à la Côte d’Ivoire a été trouvé par son Ministre de l’Economie et des Finances. Ainsi, 16 milliards de FCFA déjà décaissés avec d’autres décaissements en vue, ne peuvent que contraindre Laurent Gbagbo à aller aux élections le 31 octobre 2010. Cependant, connaissant l’animal politique qui dit avoir fait de la politique son métier, il ne faut pas trop se laisser griser par la conviction des Ivoiriens qui pensent être au bout du long tunnel de la parenthèse honteuse FPI, faite de misère et de souffrances atroces. En effet, combien de fois, l’élection n’avait-elle pas été à portée de la Côte d’Ivoire, quand une certaine signature que détient le locataire provisoire du palais l’en a éloignée ? Aujourd’hui, les Ivoiriens, dans leur grande majorité sont tous abonnés à une chaîne cryptée à cause du feuilleton refondation qu’ils sont obligés de subir à longueur de journée. Les tradi-praticiens font recette parce que la santé est un luxe que seuls peuvent s’offrir les refondateurs dont la quasi-totalité très ‘‘toubabouphobe’’ n’hésitent nullement pourtant à se rendre en France  et les pays européens, qui pour fêter le succès de sa fille à un examen, qui pour assister à un heureux événement dont ses enfants sont acteurs. Il faut donc comprendre que certains avantages et privilèges qui vont échapper à tous les nouveaux riches qui se sont enrichis sur le dos de la crise militaro-civile, les mettent dans une peur panique qui ne dit pas son nom. Bientôt, les élections qui vont permettre à la Côte d’Ivoire de renouer le fil avec ses alliés traditionnels. Ces pays dont nombre de ressortissants ont toujours eu maille à partir avec la jeunesse prétendument patriotique, vont reprendre leurs relations avec la Côte d’Ivoire qui n’aurait pas atteint un tel degré de développement si Félix Houphouët-Boigny, Henri Konan Bédié  et le PDCI n’en avaient pas fait un havre de paix. Préalable à tout développement et stabilité. Et surtout s’ils avaient été des va-t-en guerre, avec invective à fleur de peau, en remisant les soucis, les malheurs des Ivoiriens au dernier rang de leur programme de société. L’Ambassadeur du Japon et Charles Konan Diby ont mis un os dans la gorge du fils du sergent-chef de sorte à l’emmener aux élections dont il a une peur panique depuis que son mandat a pris fin et qu’il est maintenu à son poste par arrangement.

A demain !

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :