Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les FDS qui gazent leurs supplétifs, les milices qui n’ont pourtant jamais existé officiellement, après que ceux-ci leur ont été d’un soutien providentiel. Cela n’étonne que les fils de ce pays qui ont délibérément choisi de jouer les aveugles, les sourds et les muets. Comme le petit singe afin de vivre heureux. Comme si l’on pouvait l’être dans un pays abonné à une éternelle pénurie d’eau, à une distribution fantaisiste et vraiment au petit bonheur la chance de courant électrique et l’angoisse de voir les groupes d’autodéfense (le nom savant des milices) prospérer à la veille de ces présidentielles. En effet, si les milices qui ont été d’un appui armé important pour les FDS sont vomies au point de se faire houspiller par leurs alliés d’hier, leurs frères d’armes, avec qui elles ont combattu côte à côte pour chasser un ennemi commun, ce n’est pas de pauvres civils qui pourraient être épargnés. Il est certain que cela ne surprend que ceux qui feignent de découvrir la Côte d’Ivoire ébranlée dans tous ses fondements. Aussi bien sur le plan de la Morale que des valeurs qui sous-tendent ce pays. En lui portant un coup que les experts en hypocrisie internationale désignent par parricide. Un pays aux allures de ‘‘non-Etat’’. Tant certains de ses citoyens sont divorcés d’avec les règles de bonne gouvernance si ce ne sont avec les droits de l’homme. Et où d’autres n’ont cure que la famine gagne du terrain. L’on préfère s’armer et se surarmer, faisant de la patrie du dialogue et de la paix, un Etat militarisé. A quelques semaines de la présidentielle. Ce ne sont pas les deux milliards d’armes qui les décourageront.  Et puis, que valent deux petits milliards que l’on peut rattraper en moins de 5 heures, en pressurisant de pauvres contribuables que les services des Impôts vont harceler en laissant les gros bonnets qui doivent plus, passer au travers ?  En attendant, que peuvent ces miliciens à qui, ils ne restent plus que les yeux pour pleurer sur leur sort, et méditer sur le fait d’avoir été pressés comme un citron qui ne sert plus à rien aujourd’hui ? Leur employeur ayant choisi de s’entendre avec l’ennemi, en faisant ‘‘ami-ami’’ avec lui. Pire, en leur cédant tout. Aujourd’hui, ce sont les généraux qui sont généreusement cadeautés en galons-pièges et non pas les policiers dont le rôle ingrat se résume à se tenir prêts pour ‘‘mater, mater et encore mater les fauteurs de trouble’’. Seulement, tandis que les premiers sont occupés à arroser leurs étoiles au champagne dans leurs maisons de fonction d’où personne ne peut se hasarder à les en déloger, les policiers eux, rentrent chaque jour chez à leur domicile dans l’angoisse de se faire expulser par les propriétaires qui en ont déjà vidé cinq du 6e Arrondissement de Koumassi et un du 5e Arrondissement de Port-Bouet que le Caire Binaté Yousouf n’a pu calmer. C’est ‘‘çà’’ la refondation. Dans bien des pays, cela ne s’apparente pas à de l’ingratitude. Pour sûr ! A demain !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :