Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'ombre de Vladimir Ilitch Oulianov, dit Lénine, a dominé la plus grande partie du XXe siècle.

Agitateur russe, adepte de la philosophie marxiste, il s'empare du pouvoir avec ses militants en profitant du délitement de la démocratie issue de la Révolution de Février (1917), pendant la Première Guerre mondiale.

Un révolutionnaire de l'exil

Vladimir Ilitch Oulianov naît dans la famille d'un fonctionnaire anobli par le tsar. Son frère aîné est pendu néanmoins en 1887 pour avoir comploté contre la vie du souverain.

Vladimir découvre la doctrine marxiste avec sa compagne, Nadejda Kroupskaia, d'origine bourgeoise comme lui. Condamné à la relégation (l'exil en Sibérie), le couple s'établit au bord de la Léna (d'où le surnom Lénine).

En 1900, Lénine part avec sa femme en Suisse. Deux ans plus tard, il publie un opuscule : Que faire ? où il affiche sa différence avec la doctrine marxiste qui voyait le communisme comme l'aboutissement inéluctable des luttes ouvrières.

Lénine fait valoir la nécessité de créer une avant-garde révolutionnaire qui montrera la voie aux ouvriers et les guidera vers des lendemains radieux, au besoin par la dictature.

Le 30 juillet 1903, à Bruxelles, au cours du congrès du Parti Social-Démocrate Ouvrier Russe (PSDOR), se produit la scission entre les partisans de Lénine et les partisans de Martov. Les partisans de Lénine s'octroient l'épithète de bolcheviks ou bolcheviques (majoritaires en russe) et qualifient leurs rivaux de mencheviks (minoritaires). Pendant la première révolution russe, en 1905, Lénine reste prudemment en exil.

Les Thèses d'Avril

Lénine profite de la chute du tsarisme et de l'avènement de la démocratie en Russie pour revenir le 16 avril 1917 à Petrograd (nouveau nom de Saint-Pétersbourg).

Il publie le programme d'action de son parti : paix immédiate, le pouvoir aux soviets, les usines aux ouvriers, la terre aux paysans. Ces thèses d'Avril troublent les bolcheviques par leur radicalisme mais elles rencontrent l'adhésion des soldats et des paysans, excédés par une guerre sans issue qui a déjà coûté la vie à 2,5 millions de Russes.

La situation se corse pour Lénine. Le nouveau Premier ministre, le socialiste Alexandre Kerenski, ordonne son arrestation et il doit s'enfuir sans attendre en Finlande.

Révolution et terreur

Devant l'affaiblissement du gouvernement russe, Lénine, toujours en Finlande, juge enfin la situation mûre pour intervenir. Ce sera le coup d'État du 6 novembre 1917, aussi appelé Révolution d'Octobre.

Sans attendre, Lénine met en place les instruments de la dictature. Le 30 août 1918, au cours de la visite d'une usine, il est victime d'un attentat. L'auteur en est une militante socialiste-révolutionnaire (gauche démocratique) : Dora Kaplan. Grièvement blessé, Lénine se rétablit de façon quasi-miraculeuse et intensifie la répression.

La terreur de masse est institutionnalisée par le décret «Sur la terreur rouge», daté du 5 septembre 1918. La suite est une longue descente aux enfers : guerre civile, famines, camps de travail, exécutions sommaires....

L'horizon s'éclaircit en mars 1921, avec l'institution de la Nouvelle Politique Economique (NEP) qui insuffle un peu de liberté dans l'économie et la société russes.

Une succession très disputée

Lénine doit progressivement lâcher les commandes quelques mois plus tard, après une première attaque d'apoplexie en mai 1922. Il meurt dans sa maison de Gorki le 21 janvier 1924, à 53 ans.

C'est finalement l'opportuniste Staline qui l'emporte grâce à sa position clé au secrétariat général du parti. Son principal opposant, Trotski, prône la poursuite de la terreur révolutionnaire. Bien qu'étant le plus populaire (et le plus intelligent) des leaders bolcheviques postulant à la succession de Lénine, il est habilement mis sur la touche par Staline et bientôt obligé de fuir.

Tag(s) : #Documents

Partager cet article

Repost 0