Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dieu qui sonde les coeurs et les reins c'est que je n'ai aucun ressentiment, aucune jalousie ni mauvais sentiment dans ce coeur blanc qu'il m'a disposé serviable pour mon prochain. Seul l'amour, la compassion et le don de soi pour les autres malgré ma pauvreté riche de connaissances que je demande à Dieu de continuer à m'en abonder pour ma richesse matérielle indispensable à l'épanouissement de l'homme.

Cependant je n'aime pas et supporte pas l'hypocrisie et les calculs mesquins qui ne sont pas facteur d'une bonne coexistence pacifique. Depuis que le Président de la République à parler officiellement de réconciliation, les hommes sur le toit de la paix du monde, experts en pacification, qui hier n'ont daigné parler au nom de la paix à Monsieur Gbagbo pour lui faire entendre pacifiquement raison quand il générait la grande violence, il nous menaçait, il tuait des femmes, il faisait partir en exil des journalistes comme nos frères Venance Konan, André Silver Konan, subitement ceux-ci sont devenus très actifs. Avec diligence, ils ont surgi hâtivement pour nous proposer leur expertise de réconciliateurs afin que nous sachions ce que c'est que la Paix définitive. Est-ce parce qu'ils n'ont pas d'expertise en conciliation qu'ils n'ont pas donné de la voix ? Où étaient-ils quand l'UA se faisait humiliée à maintes reprises par le Président déchu.

Messieurs et mesdames de la société civile planétaire en vos titres et grades honorifiques respectifs je vous salue et je m'incline devant vous. Mais voilà ce que je pense. Toute la planète a parlé dans notre linge sale. Je salue encore Monsieur Alioune Tin de la RADDO à Dakar qui est resté constant dans sa démarche avec nous dans le combat. Si vous aviez fait autant Dieu seul sait peut être que vos voix auraient fait avancer positivement les choses et faire partir Gbagbo sans cette grande humiliation qu'il a fait subir à ces proches, sa vielle génitrice et petits-enfants y compris (il doit se réconcilier avec elle pour qu'elle est encore longue vie). Et si le contraire s'était produit comme avec les émissaires de l'UA, les ivoiriens comprendraient et suivraient mieux votre démarche d'aujourd'hui pour la réconciliation après l'échec de la conciliation. Ceux mêmes qui ont exposé une partie de ce linge sale sur la place publique reconnaissent maintenant qu'ils sont « aller loin » dans leur hallucination. Cette reconnaissance presqu'un regret est déjà un bon début, positif pour vite se faire pardonner du peuple ivoirien. Mais voilà que le monde se remet à bouger malgré l'actualité planétaire du moment avec la mort surprise du terroriste en chef Ben Laden et la mort des proches de l'autre en Libye dont son enfant pour son entêtement. Pourquoi les dirigeants africains n'ont pas la culture de la démission quand leur pouvoir devient sanguinaire et controversé ? Parce qu'ils ont une carence criarde de démocratie.

De nouvelles personnes dans le monde se mettent encore à notre chevet. Dieu nous aime vraiment je dois dire si je devrais considérer les choses depuis la perspective religieuse. Je ne voudrais pas dire que je vois dans ces sollicitudes maternelles de ces ONG internationales qui ont fait ci au Viêtnam, au Cambodge, au Laos; qui ont fait ça au Golf, en Irak, en Afghanistan, en somalie, au Soudan etc. le vautour nécrophage qui rôde sur les ruines, les hypogées et la manne providentielle pour la réconciliation. Pourquoi sous-estimons-nous tant nos valeurs, nos capacités à être nous-mêmes, et régler nos problèmes avec détermination ? D'où vient ce complexe ? Pourquoi jalousie un frère qui par pure altruisme veut ton bonheur comme on pourrait penser. Non penser ainsi est du pis cynisme venant d'un cour abject. Mais la lucidité doit nous habiter en tout temps et en tous lieux. Etudier l'attitude des gens en lisant leurs pensées, percevoir dans leurs verbes leurs intentions.

Je comprends le souci du Président de la République de faire de la réconciliation sa priorité. Je remercie Dieu encore pour ce coeur bon qu'il lui dispose et l'amour pour son peuple. Que cela soit ainsi pour que l'on ne soit jamais hanté par l'ombre d'un regret. Mais attention, j'ai cité le Président Henri Konan Bédié, son aîné et conseiller spécial il y a quelques jours. C'est un avertissement que je donne. C'est aussi un peu comme le Président Bédié qui lui-même se souvenant et donnant ce conseil en pareille circonstance par ma voie et à travers ma voix. La réconciliation certes elle est importante même fondamentale mais elle ne peut être la priorité de l'heure. On doit d'abord s'assurer que tous les déplacés sont rentrés de leurs refuges, les morts encore dans les morgues, les rues dont les parents attendent surement une contribution de l'Etat pour les enterrer sont inhumés, s'assurer que les familles ont de quoi à manger car « ventre affamé n'a point d'oreille » pour écouter une bouche qui lui parle ou un « homme qui a faim n'est pas un homme libre ». En tout cas c'est ce que disait le sage d'Afrique Félix Houphouët Boigny qui reste encore sur le trône de la sagesse en Afrique. Le Président Bédié n'est pas loin d'avoir cette distinction si ce n'est déjà fait. Je voudrais aussi faire remarquer comme la sagesse du village me l'a enseigné « on ne reste pas dans les magnans pour enlever les magnans », le pays à la paix mais il faut réduire totalement les poches de résistance comme celles de quelques sous quartier de Yopougon, trouver les autres caches d'armes qui font de la Côte d'Ivoire une poudrière à ciel ouvert, appeler les volontaires pilleurs en armes à rendre leurs armes quand tous les commissariats et postes de gendarmeries seront effectivement fonctionnels pour éviter de nouvelles frustrations, mettre en mission un PC pour traquer le grand banditisme qui a refait surface. Et enfin quand l'économie est vraiment sur les rails, et que quelques jeunes sont insérés dans le tissu socioprofessionnel (cela peut prendre 6 mois à une année), c'est seulement et seulement à ce moment là qu'on peut réconcilier les gens. La tension serait déjà baissée parce que les gens commenceront à manger à leur faim entre temps. N'oublions pas que les ivoiriens ont faim depuis dix ans, ils ont encore plus faim même si par décence ils essaient de supporter silencieusement leur misère (je sais de quoi je parle). Voilà la priorité.

La commission « Dialogue, Vérité et Réconciliation » pendant ce temps a le temps de mettre tous les atouts à son niveau pour réussir efficacement en cooptant ceux qu'il faut pour ce qu'ils sont capable de réellement faire. La réconciliation n'est pas une question de grand diplômes bien que cela soit important, mais plus une question de ceux qui ont le pouvoir du verbe de l'intermédiation et qui ont la capacité de l'objectivité dans l'agir avec la vérité comme marche pied et la sagesse d'en haut comme leur lampe. Ces hommes existent en Côte d'Ivoire ils n'aiment pas la publicité, d'autre même sont très timides mais efficaces dans leurs actions. Cherchez les et trouver les. La Côte doit regagner le respect total de l'extérieur à partir de cette réconciliation par les ivoiriens eux-mêmes et pour les ivoiriens. Je n'exclu cependant pas la consultation et l'avis des autres. Il faut les écouter et prendre ce qui est bénéfique. La commission pendant ce temps envoie des missions régulières dans les hameaux pour la préparation des esprits à la réconciliation pour ne pas rester à se tourner les pouces dans les bureaux.



Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0