Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les serviteurs zélés de la République seront de retour. Après avoir creusé la tombe de l'autre régime ils ont revêtu de nouvelles couleurs et ressorti leurs pelles et truelles. Ils s'apprêtent à faire de même pour le nouveau régime. Ils sont si fins qu'ils savent retourner les situations les plus difficiles. Avec eux, point de morale ni de réserve.

Ils sont partout, les serviteurs zélés de la République. Ils revêtiront d'abord la forme de fonctionnaires technocrates et chevronnés. Leurs postes de responsabilité sont si viandeux et si riches en calories fudiciaires qu'ils sont prêts à lécher les bottes. Ils avaient démontré par des schémas compliqués au précédent Président qu'ils pouvaient réinventer un pays qui vive reclus sur lui-même et qui n'a besoin d'aucun partenariat commercial ni technique avec les autres Nations de ce monde. Aujourd'hui, ils s'apprêtent à proposer leur expertise pour des initiatives à l'opposé de celles qu'ils ont proposées il y a quelques mois. Ils veulent aider la Côte d'Ivoire à se repositionner dans le concert des Nations, une science nouvelle pour laquelle ils trouveront preneurs.

Ils n'ont pas de numéros matricules à vie, mais ils sont des fonctionnaires officieux. Les hauts cadres du Parti et les responsables de structures financières ou de prestation de services privés. En quête de marchés ou d'amitiés gouvernementales pour leur sécurité financière et judiciaire, ils se mettront à la disposition de la République avec tout le zèle requis, comme ils l'ont fait dans un passé très récent. Banques, fournisseurs de l'Etat, entrepreneurs de l'Etat, peu véreux frapperont avec insistance à la porte de l'Etat, avec des sourires flagorneurs. Mais il faudra encore patienter pour réhabiliter certains d'entre eux.

Les militaires, nos chers militaires. Ils sont plus forts en prestation d'allégeance que dans le maniement des armes et le maintien de l'ordre. Ce sont eux qui ont mis de côté leur devoir régalien, pour se muer en garde prétorienne d'un individu. Ils ont réduit l'intérêt de l'Etat en l'intérêt d'une famille biologique et d'une famille politique. Ils ont déshonoré la République et contribué à militariser toutes les sphères de la société ivoirienne. Au tournant de l'histoire, ils n'ont pas pris leurs responsabilités ni leur distance pour la défense de la vraie République. Comme je l'avais indiqué dans « Remenber Hotel Rwanda », ils diront pour leur défense, « j'étais aux ordres », dégageant leurs responsabilités. Mais ils sont encore en service pour la République.

Les Hommes dits de Dieu, l'autre pilier spirituel de la République. Ils viennent de toutes les fois et de toutes les confessions. Ils ont eu le tort de goûter aux plaisirs terrestres et ne peuvent plus s'en démarquer. Ils y sont scotchés désormais. Pour se faire intéressants, ils nous révèleront des visions et des prédictions. Diseurs de bonne aventure ou oracles des temps nouveaux, ils guideront le nouveau pouvoir vers les erreurs et la division. Eux aussi sont là, prêts à servir une République qu'ils ont profanée. Ils auront malheureusement part au pain terrestre. Ils sont déjà là, très actifs, dans les couloirs du nouveau pouvoir, prêts à re-servir, on ne sait avec quelle nouvelle illumination, en soutanes, boubous, costumes et autres oripeaux de la foi.

Nos Rois et Chefs traditionnels, garants de nos coutumes n'ont jamais été d'aucune opposition. Ils font partie intégrante de tout pouvoir dans le pays, par leur nature et par leur opportunisme. Après avoir mobilisé des fonds pour payer la caution d'un candidat-Président en 2000, ils ont ensuite opté après les élections pour l'adversaire de celui-ci parce que le pouvoir avait changé de camp. Le servant avec opiniâtreté et dévouement presque traditionnel, ils n'ont pas su prendre le train de l'histoire. Parés de leurs ors, de leurs chéchias, de leurs boubous, de leurs kitas, ils iront au Palais du Plateau réaffirmer leur opportunisme. Pour mieux se faire voir, ils applaudiront à tout rompre, avec leurs mains impies, chaque mot du nouveau locataire des lieux.

Ainsi ira la République. Un peu de morale sauvera la Côte d'Ivoire (à suivre).

Tag(s) : #Contribution

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :