Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

On parle de « géopolitique »… Malheureusement, les Ivoiriens n’ont toujours pas la culture politique. Ainsi, chaque candidat a son bastion. A monsieur BEDIE, revient le « V Baoulé ». A monsieur Gbagbo, l’Ouest. Et à monsieur OUATTARA, le Nord. Il serait étonnant, surprenant, voir même incroyable que M. Laurent Gbagbo gagne le Nord au détriment de M. OUATTARA. Logiquement. Le premier tour n’a fait que confirmer cela.  Monsieur Alassane OUATTARA avait été plébiscité dans les zones du Nord. Ce n’était pas de la triche. Ça n’était pas un « hold-up électoral ». C’était normal. C’était sa victoire à ce moment-là parce que la vraie menace ne pesait pas encore. Mais encore… Monsieur Alassane OUATTARA fait peur au camp présidentiel. C’est avec hésitation qu’ils ont continué à scander « y’a rien en face, c’est maïs ! », bien obligés qu’ils étaient de terminer ce qu’ils avaient commencé. Sinon, ils l’ont su, ils le savent, il n’y a pas rien en face ! Il y a quelqu’un. Il y a monsieur OUATTARA entouré de ses frères du RHDP. Ce deuxième tour a un enjeu bien plus important. Pour le camp LMP, c’est le pouvoir ou la prison. Alors le combat devient rude. Il ne se batte plus par conviction ou par idéalisme : ils se battent pour sauver leur peau ; par intérêts personnels. Maintenant plus qu’auparavant, c’est « La Mort Partout », « Les Millions Perdus », « La Misère Pour tous », « La Mauvaise Politique ».

A l’Ouest du pays, dans les zones forestières, allochtones et allogènes sont attaqués, tués, chassés. Ces incidents n’ont pas été jugés dignes de regards. Et on se focalise sur le Nord. Mais même sans le nord, vous perdez messieurs du LMP. Au premier tour, monsieur OUATTARA avait obtenu 32% du suffrage, monsieur Gbagbo 38%  (nous savons tous qu’il n’avait obtenu en fait que 25%) et monsieur BEDIE environ 26%. Rien qu’en ajoutant la moitié des voix de monsieur BEDIE sur celles de monsieur OUATTARA, vous êtes largement derrières, messieurs du LMP. Sans compter les voix de messieurs MABRI Toikeusse, ANAKY Kobéna, GNAMIEN Konan et Francis WODIE. Cela aurait été vraiment « extraordinaire » (pour utiliser les termes de monsieur OUATTARA lors du débat) que le LMP remporte cette élection ; en toute logique.

 Par ailleurs, le Nord est la zone où il n’y a eu aucun blessé grave, aucun trouble notable, aucun mort. Cependant les mensonges et les intoxications persistent. Cette dame qui, dit-on, a souffert le martyr au Nord… c’est au CHU de Cocody qu’elle se fait soigner ? Sur tous ces kilomètres qui séparent Korhogo d’Abidjan, n’y avait-il pas de centre hospitalier pour la recevoir ? Où n’y avait-il aucun médecin dans ces centres hospitaliers ? Quelle est donc cette ambulance qui l’a transportée ? Etonnant ! Et Watchard Kédjébo… Il a été interrogé sur la RTI première chaîne (chaîne privée du candidat LMP), lorsqu’il faisait son vote. A ce moment-là, il n’avait pas souffert d’une quelconque maltraitance. « Tout s’est bien passé », a-t-il affirmé. Subitement, des jours plus tard, il s’est souvenu de son calvaire. Qu’on arrête de nous intoxiquer ! Qu’on arrête de mentir au peuple ! Que ceux qui ont des yeux pour voir, voient ; et que ceux qui ont des oreilles pour entendre, entendent. Il n’est plus question de « c’est mon candidat, je l’aime ». Il s’agit du pays tout entier, de notre survie à tous. Si monsieur Gbagbo avait réellement gagné les élections, croyez-vous qu’il aurait cherché à contester les résultats ? Plus personne n’est dupe. Lorsqu’il s’agissait de faire des promesses avant les élections du 28 Novembre, chacun était pressé. Nous avons tous suivi ce débat télévisé du jeudi 25 Novembre dernier ; débat dit historique. Très difficilement, la promesse de respecter le verdict des urnes a pu être arraché à monsieur Laurent Gbagbo. Il l’a lui-même dit : « c’est impérieux que le vainqueur soit le vainqueur et le perdant, le perdant. Autrement, qu’est-ce que nous offrons à nos enfants et à la Côte d’Ivoire ? Nous ne pouvons pas accepter d’offrir la Côte d’Ivoire en holocauste pour nos intérêts.» Pourquoi donc, aujourd’hui monsieur Gbagbo, refusez-vous de perdre ? Où bien vos propos n’étaient pas valables pour vous-mêmes ? Avez-vous pensez un instant à nous la jeunesse, à vos enfants et à la Côte d’Ivoire comme vous le dites si bien ? La jeunesse Ivoirienne est fatiguée. Il s’est dit « démocrate ». Pourquoi alors s’éloigne-t-il de toutes ces valeurs qui caractérisent un vrai démocrate ? Ou bien ces belles paroles n’étaient que pour nous acquérir à votre cause ? La démocratie, c’est savoir tolérer, respecter la liberté d’autrui et pour un président, savoir s’incliner devant la volonté du peuple. Développer ces qualités, ce n’est pas être peureux, c’est simplement être démocrate. Les Baoulé (ce peuple si sage) disent que « lorsqu’on crache en l’air, on doit s’attendre à recevoir son crachat en pleine figure ». A quoi vous attendiez-vous monsieur Gbagbo après avoir délaissé les populations du nord et du centre pendant cette guerre que vous avez déclarée à la Côte d’Ivoire ? (car c’est bien le ministre Lidah KOUASSI qui a déclaré Bouaké et Korhogo zones de guerre, alors que ça n’était même pas encore un coup d’état) A quoi vous attendiez-vous donc après avoir fait bombarder des zones habitées par une partie de la population Ivoirienne ? Après avoir fait de notre belle capitale économique un dépotoir d’ordures géant, un dépotoir de déchets toxiques ? Après avoir savamment entretenu la haine entre les différents groupes ethniques du pays ? Après avoir abandonné la jeunesse alors qu’elle avait placé tant d’espoir en vous ? En 2000, lors de son investiture, quand monsieur Gbagbo a dit qu’il « veut montrer au monde entier que dans ce pays on peut être au pouvoir, organiser des élections et les perdre », pensait-il vraiment que cela s’arrêtait là ? Mais non ! Les Ivoiriens peuvent se féliciter d’avoir eu un président visionnaire. Oui. Visionnaire. Car il a su prédire son propre sort. Malgré tous ces milliards, tirés en masse dans les caisses de l’Etat, misés dans une campagne nulle, le résultat est désolant. Comme quoi, l’argent ne fait vraiment pas entièrement le bonheur. Monsieur Gbagbo est historien de formation. Mais il est aussi un très bon politicien. Il a tellement bien assimilé les principes et les conseils du Prince de Machiavel, qu’il est même devenu la personnification de l’œuvre. A ce stade du processus électoral, les résultats du Nord sont contestés par le camp LMP. Réaction normale d’un camp lamentablement battu à son propre jeu. Lamentablement battu, parce que malgré la tricherie intense, malgré les « faux coups », la victoire ne lui est pas revenue. La défaite, ils refusent de la connaître. Elle ne fait pas partie de leur vocabulaire. Pour conserver le pouvoir, tous les moyens sont bons. Les mensonges, les intoxications, les violences à outrance…

Libérez le peuple Ivoirien ! Nous sommes fatigués ! Pendant que nos amis Nigérians voient leurs salaires augmenter de 240%, nous Ivoiriens, nous continuons de régresser. Nous ne savons même pas si nous serons encore en vie demain… Combien de morts vous faut-il encore pour que vous sachiez que vous êtes désormais indésirables ? Que le peuple vous a vomi ? Que même Dieu qui donne le pouvoir, vous a vomi ? Libérez-nous et laissez celui que Dieu a choisi, gouverner tranquillement notre beau pays et le remettre sur les rails de la réussite.

                                                         

                                                                jeunesse fatiguée

Tag(s) : #Contribution
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :