Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Ivoiriennes, Ivoiriens,

Mes cher (e) s compatriotes,

Cher (e)s ami(e)s de la Côte d’Ivoire,

 

Après la longue crise qui a gravement éprouvé les ivoiriens, notre pays connait à nouveau, depuis plus de trois mois,  un regain de violence sans précédent.

 

Cette situation grave et intolérable est due à l’insistance du Président sortant, Monsieur Laurent GBAGBO, à vouloir se maintenir au pouvoir, en dépit du bon sens et du verdict des urnes.

A toutes les familles des victimes de cette barbarie, je veux renouveler, ce soir, mes condoléances les plus attristées, ainsi que  tout mon soutien et la solidarité du Gouvernement.

Aux blessés, j’exprime ma profonde compassion et je souhaite un prompt rétablissement.

 

L’assassinat d’un seul ivoirien, l’arrestation et la détention arbitraire d’un seul de nos concitoyens, constitue un motif suffisant d’indignation et de révolte ; aucune conscience humaine ne peut accepter ces graves atteintes aux droits de l’homme et au droit à la vie.

De même, des actes irresponsables tels que le braquage de la Banque Centrale qui a conduit a la fermeture des banques, les coupures intempestives d’eau et d’électricité, font de la vie quotidienne des ivoiriens un véritable drame.

 

Au-delà d’une révolte légitime, ces crimes odieux et ces difficultés quotidiennes constituent un motif suffisant pour chacune et chacun de nous pour continuer le combat contre la violence et la recherche de la paix.

 

Il nous faut, en toute circonstance et plus particulièrement maintenant,  opposer à l’usage aveugle de la violence, la force de la paix et de l’amour.

Pour la paix et par amour pour notre pays, il nous a fallu faire preuve de patience.

 

Cette patience n’a pas toujours été comprise de tous, mais elle était nécessaire.

Elle était nécessaire pour nous sortir durablement  de cette crise; nécessaire pour une paix définitive.

 

Mes chers compatriotes,

 

C’est dans le cadre de cette recherche de sortie de crise pacifique, que le 5 mars dernier, le Président de la Commission de l'Union Africaine,  Monsieur Jean Ping, m'a transmis l'invitation du Groupe de Haut Niveau, composé de cinq Chefs d’Etat, représentant les cinq régions du continent, pour participer à une réunion à Addis Abeba, en vue de présenter les conclusions de ses travaux sur la crise postélectorale en Côte d'Ivoire.

Conformément à son mandat, le Groupe de Haut niveau a proposé un plan global de sortie de crise au Conseil de Paix et de Sécurité de l'Union Africaine qui l'a entériné.

 Ces propositions s’articulent autour de cinq points :

 

-      La réaffirmation définitive de la victoire du candidat Alassane OUATTARA à l’élection présidentielle du 28 novembre 2010 ;

 

-   La formation d’un gouvernement d’union et de réconciliation nationale;

 

-   La poursuite des réformes prévues dans l’Accord Politique de Ouagadougou, notamment la réunification du pays et des forces armées et l’organisation des élections législatives ;

 

-   L’impulsion de mesures d’apaisement et de confiance dans le cadre d’une politique de réconciliation nationale ;

-   La mise en œuvre de mesures d’accompagnement, dont l’appui des Institutions africaines et de la Communauté Internationale pour le redressement et la reconstruction de la Côte d’Ivoire. 

 

Cette solution politique d'ensemble constitue pour notre pays, une nouvelle et dernière opportunité de sortie de crise pacifique.

C’est pourquoi, j’accepte ces recommandations de l’Union Africaine, en vue d’abréger les souffrances du peuple ivoirien et de restaurer la paix et la réconciliation en Côte d’Ivoire.

Je voudrais donc en votre nom, remercier tous les Chefs d'Etat du Groupe de haut niveau et du Conseil de Paix et de Sécurité, pour leur engagement aux côtés de notre pays durant toute cette période. Je leur exprime ma gratitude pour leur détermination  à nous accompagner dans le processus de reconstruction de notre cher pays.

 

Je remercie tout particulièrement mon ainé, le Président Henri Konan BEDIE, Président de la Conférence des Présidents du RHDP, pour son soutien continu et ses conseils avisés.

 

Je m'engage à œuvrer pour la réconciliation de toutes les filles et tous les fils de notre cher pays.

 

A cet égard, conformément à mes engagements antérieurs et aux décisions du Conseil de Paix et de Sécurité, je formerai un gouvernement d'union et de réconciliation nationale qui regroupera toutes les compétences issues des forces politiques de notre pays, y compris le FPI, et la société civile afin de procéder au redressement de notre pays.

 

Il est impérieux que nous réapprenions à vivre ensemble dans la paix.

Dans cet esprit, j'encouragerai la concertation avec les leaders politiques pour entretenir un climat de confiance et de paix afin d'achever les réformes institutionnelles nécessaires à la consolidation de la démocratie.

La réconciliation devra également s'accompagner du pardon, de la fraternité et du respect mutuel, nécessaires à la cohésion de la Nation.

Cependant, pour tenir compte  de la mémoire   des victimes et assurer leur indemnisation, une Commission Vérité et Réconciliation sera mise en place dans les meilleurs délais.

Cette cohésion nationale nous permettra de faire face aux défis auxquels notre pays est confronté dans tous les secteurs d’activités.

Mes chers Compatriotes,

Notre pays peut et doit repartir,  pour autant que nous en ayons tous la volonté. C’est pourquoi, je demande à toutes les parties, au Président sortant, au Conseil Constitutionnel, à l’Armée et à l’Administration, d’accepter cette opportunité que nous donne l’Union Africaine pour sortir d’une crise qui n’a que trop duré. 

 

Au Président Laurent Gbagbo, je voudrais dire qu’il est  temps, dans l'intérêt supérieur de la Nation, qu’il accepte de se conformer à la volonté des ivoiriens et aux décisions de l’Union africaine, notre organisation continentale. 

 

Je lui demande de saisir cette nouvelle initiative du panel de haut niveau de l’Union Africaine, après le vote des ivoiriens, après les appels de la société civile, des religieux, de la CEDEAO, de l’Union Européenne,  des Etats-Unis, des Nations Unies et de tous nos partenaires au développement.

 

Il doit comprendre qu’il s’agit là, pour lui-même et pour ses proches de la dernière chance pour une sortie pacifique et honorable. Sa responsabilité est personnellement engagée.

 

468c9d90996fdfee085035

 

Au Conseil Constitutionnel, je demande de respecter la volonté du peuple car aucune Institution n’est au dessus du peuple souverain.

Mesdames et Messieurs les membres du Conseil Constitutionnel, vous devez reconnaitre que vous avez commis une forfaiture en ne disant pas le droit.

Votre décision est un déni de justice. L’occasion  vous est donnée de vous racheter et de participer à la réconciliation des ivoiriens que vous avez divisés.

Aux forces armées, je leur lance cet appel : Militaires, gendarmes, policiers, éléments des forces paramilitaires, que vous soyez officiers généraux, officiers supérieurs, officiers, sous officiers, militaires du rang: il n'est pas tard, mettez vous à la disposition de la patrie en appuyant la volonté du peuple.

Comme prévu dans l’Accord Politique de Ouagadougou, et en ma qualité de Chef Suprême des Armées, je procéderai à la fusion des Forces de Défense et de Sécurité et des Forces Armées des Forces Nouvelles sous un état major unifié, dirigé par un Chef d'Etat Major Général et d’un adjoint. Leur mission consistera à assurer la sécurité des personnes et des biens, sur toute l’étendue du territoire national.

 

Aux fonctionnaires et agents de l'Etat : je vous invite à être des agents de devoir, au service de la République.

Mes chers Compatriotes,

Chers frères, chères sœurs,

 

Le débat sur l'élection présidentielle est terminé. Il est temps à présent de bâtir ensemble notre pays ; et de réconcilier tous les ivoiriens.

Je m'y engage en tant que Président de la République.

Ivoiriennes, Ivoiriens, du Nord, du Sud, de l’Est, de l’Ouest, du Centre,  frères et sœurs venus d’ailleurs et pour qui la Côte d’Ivoire est une terre d’hospitalité, je vous invite à taire vos ressentiments.

 

Ensemble, construisons la patrie de la vraie fraternité, celle qui va au-delà des liens de sang.

 

Mes chers Compatriotes,

 

 

En m’accordant massivement vos suffrages le 28 novembre 2010, vous avez fait de moi le Président de la République de Côte d’Ivoire ; mais au-delà, vous avez fait le choix pour une Côte d’Ivoire réunifiée et pacifique. Je veux incarner cette espérance.

 

Je ne suis donc pas le Président d’une partie des Ivoiriens contre une autre partie.

Je suis le Président de tous les Ivoiriens qui sont appelés à vivre ensemble dans une Côte d’Ivoire à nouveau fraternelle, et prospère.

Mon programme de gouvernement ne fait pas de différence entre les ivoiriens, entre les régions, entre les habitants de ce pays. Il prend en compte l’homme dans toute sa dimension.

 

Il nous faut bâtir une nation, construire un pays moderne et développé, en mettant les talents et les compétences de tous nos valeureux fils et filles, au service du développement de notre pays, au service du bien-être de l’ensemble de nos concitoyens.

 

C’est le sens de mon engagement politique. Un engagement qui tire sa source des valeurs de paix et d’humanisme prônées par le père de la Nation ivoirienne, le Président Félix Houphouët-Boigny, et que le président Bédié et moi-même nous sommes engagés à toujours respecter.

 

Mes chers compatriotes,

 

Votre volonté de changement qui s’est manifestée par cette alternance démocratique, ne sera pas déçue.

J’en fais à nouveau le serment. Faites-moi confiance.

J’en appelle donc à un sursaut ivoirien pour construire ensemble, dans  la paix, l’amour et la fraternité, la Côte d’Ivoire nouvelle.

 

Vive la Côte d’Ivoire, unie et fraternelle.

Vive la République.

Tag(s) : #Déclarations