Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PARTI COMMUNISTE REVOLUTIONNAIRE DE COTE D’IVOIRE

Siège: Williams ville Sogefiha Duplex Bat C, Appt  H 264

17 BP 1096 Abidjan 17- Tel: 23 01 22 99
E-mail : pcrci@yahoo.fr / site :www.revolutionproletarienne.com

 

 

Plate-forme électorale de la démocratie révolutionnaire

conduite par le parti communiste révolutionnaire de côte d’Ivoire

 

Tous les candidats issus des partis et organisations de la démocratie révolutionnaire, tous les candidats qui  ont accepté de se présenter sous la bannière de la démocratie révolutionnaire agiront pendant la période électorale et pendant  la législature conformément aux principes, et mettront en œuvre les pratiques et axes ci-après :

- les principes généraux,

- les principaux axes de l’activité législative

- les actions pratiques dans les domaines politiques, économiques et sociaux en faveur des populations.

S’ils sont élus ils axeront leur activité de la législature sur la mise en œuvre des propositions sur lesquelles ils se seront engagés devant les électeurs.

 

I.        Les principes généraux

 

1)      L’opposition de principe à la domination de la Côte d’Ivoire par les puissances étrangères. La reconnaissance de l’inopportunité des bases militaires étrangères sur le territoire ivoirien, leur dénonciation.

2)      L’exigence de la publication des accords bilatéraux et  la dénonciation des clauses attentatoires aux intérêts du peuple de Côte d’Ivoire. Il n’est pas admissible que le gouvernement engage le peuple ivoirien dans des accords (par exemple, l’accord de coopération militaire avec la France, l’accord de Genève de juin 2010 sur la libéralisation intégrale de la filière cacao) avec des partenaires étrangers sans livrer le contenu de ces accords au peuple souverain. Les députés démocrates révolutionnaires exigeront  désormais la fin de ce mépris pour le peuple et la publication intégrale de tous les accords avec les Etats étrangers et les institutions étrangères.

3)      L’opposition à toutes les pratiques de corruption des électeurs, à l’utilisation des moyens de l’Etat par tout parti politique et la dénonciation de ces pratiques. Les élections dans notre pays sont généralement marquées par des pratiques contraires à l’éthique. L’existence de pratiques qualifiées de technologie électorale est de notoriété publique. Ces pratiques comme celles consistant pour les hauts bourgeois à souiller les électeurs en achetant leurs votes par divers moyens, empêchent l’expression de la souveraineté populaire. D’autres pratiques aussi condamnables sont l’utilisation des fonds publics et des moyens logistiques de l’Etat (véhicules administratifs, carburant, etc.) pour les besoins des campagnes électorales de certains partis politiques avec l’appui des préfets et sous-préfets.

 

II.       Les Principaux axes de l’activité législative 

 

1)      Les lois sociales : la réforme du code du travail, du statut général de la fonction publique, la réforme des lois relatives aux droits des retraités. Les actions viseront à supprimer les clauses contraires à la sécurité, à la liberté d’expression et d’organisation des travailleurs ainsi qu’à l’amélioration des conditions de vie des travailleurs et des retraités.

2)      La législation sur le domaine foncier rural : Les dispositions qui contribuent à créer des conflits à la campagne entre les paysans seront proposées  à l’abrogation. De même, les dispositions, sources d’abus contre les intérêts des détenteurs de la propriété de la terre seront abrogées.

3)      La promotion des langues et des cultures ivoiriennes : Le statut légal des langues ivoiriennes doit passer de « langues vernaculaires » à celui de langues supports des connaissances scientifiques et utilisables dans l’administration et dans l’enseignement.

4)      La législation sur la nationalité : les députés démocrates révolutionnaires érigeront au rang de priorité le retour au droit du sol qui était en vigueur jusqu’en 1972. La modification du code de la nationalité sur ce point sera un élément de lutte contre la crise identitaire dans ce pays de forte immigration et sera par ailleurs utilisé comme un moyen de la réconciliation nationale.

5)      La sauvegarde et la promotion de l’école publique : Toutes les initiatives de lois en faveur du renforcement de l’école publique pour favoriser l’accès de tous à l’instruction et à la connaissance scientifique seront prises par les députés démocrates révolutionnaires. La situation dégradée de l’école publique depuis des années et les nouvelles mesures annoncées par l’actuel gouvernement font craindre la privatisation de l’école notamment des universités dans un contexte de paupérisation accrue des masses populaires.

6)      L’amélioration du cadre institutionnel et juridique des entreprises nationales. Les députés démocrates révolutionnaires prendront toutes les initiatives de lois nécessaires à l’élargissement de la liberté de produire.

7)      L’amélioration de la situation de la femme :

a.      L’adoption d’une loi sur la gratuité de la prise en charge des femmes durant la grossesse et l’accouchement sous toutes ses formes ;

b.      L’adoption d’une loi portant de 3 à 6 mois la période de maternité lorsque l’employeur ne dispose pas de crèches ;

c.      L’adoption d’une loi instituant le versement d’une pension de veuf à l’homme ;

d.      L’adoption d’une loi instituant le 8 mars, journée fériée, chômée et payée en Côte d’Ivoire.

8)      Les accords internationaux : Les députés démocrates révolutionnaires auront le souci de l’instauration d’une plus grande rigueur dans la ratification des traités et accords internationaux et des conventions internationales. Par exemple, la ratification des accords de coopération militaire avec la France sera suivie de près en vue de la sauvegarde de la souveraineté nationale.

9)       Les députés démocrates révolutionnaires seront constamment à l’écoute des citoyens aux fins de traduire en propositions de lois et en lois leurs volontés légitimement exprimées.

 

III.    Les actions pratiques en faveur des populations, en particulier celles en faveur des populations des circonscriptions de base de chaque député

 

1)      La constitution d’août 2000 : La démocratie révolutionnaire a sans cesse soutenu que la crise que nous venons de vivre a, pour entre autre cause, le caractère autocratique, anti-démocratique, ivoiritaire et confligène de la constitution d’août 2000. La démocratie révolutionnaire s’est réjouie de constater que  presque tous les candidats à l’élection présidentielle de 2010, en particulier le vainqueur de ces élections, se sont engagés à modifier cette constitution. Les députés de la démocratie révolutionnaire devront faire de l’agitation pour l’abrogation de cette constitution.

2)      La conduite d’actions en faveur de l’éveil des consciences des classes populaires en vue d’induire la satisfaction des intérêts fondamentaux de ces classes par les gouvernants. Souvent, certains responsables administratifs et politiques, certains membres du gouvernement posent des actes par lesquels ils trompent des citoyens qui sont obligés de supporter les conséquences dommageables de ces actes. Des maires, des préfets ou sous-préfets, des ministres attribuent, par exemple, des parcelles de terrains à des citoyens qui y réalisent des constructions à usage d’habitation ou d’activités économiques (ateliers d’artisans, plantations, commerces) qui sont ensuite détruites sur ordre du gouvernement ou de particuliers sans aucune action réparatrice. Dans ces cas de figure, les députés démocrates révolutionnaires exigeront le paiement de dommages et intérêts par l’Etat de Côte d’Ivoire aux victimes des décisions prises.

3)      Les députés démocrates révolutionnaires apporteront des aides aux populations pour porter leurs préoccupations en matière de développement local (infrastructures de base, activités génératrices de revenus, activités socioculturelles), notamment en ce qui concerne les jeunes et les femmes, aux autorités municipales, aux autorités départementales, aux autorités préfectorales et aux autorités gouvernementales.

4)      Les députés de la démocratie révolutionnaire s’engageront à organiser systématiquement l’information sur les lois adoptées par le parlement.

 

Les organisations de la démocratie révolutionnaire sont ouvertes à toutes les propositions d’accords politiques avec des partis politiques ou personnalités partageant l’orientation politique contenue dans la présente plate-forme. Au parlement, les députés démocrates révolutionnaires n’excluront pas de conduire des initiatives communes avec des groupes parlementaires ou des députés individuels pour faire aboutir des propositions de lois.

 

Abidjan le 30 novembre 2011

 

Le Comité Central

 

 

Tag(s) : #Déclarations