Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Notre pays vient de traverser une période très difficile que je caractériserai, si je devais le rapporter à l'échelle humaine, de grave crise « d'adolescence ». Ce pays a été gâté dans son « enfance » par la réussite insolente de son Père Président Félix Houphouët Boigny. Immanquablement les enfants de ce pays que nous sommes, n'avons pas appréhendé les dangers qui se profilaient à l'horizon. Voilà que les mots profit, égoïsme, débrouillardise (les wôro wôro en lieu et place des taxis compteurs) ont pris la place de la solidarité, du sens civique, et du travail régulier.

Nous avons oublié le développement qui a été un leitmotiv pendant une grande partie de l'ère FHB. Qu'avons-nous fait après son départ ? Qu'avons-nous apporté à sa pierre ? 

Pas grand-chose suis je tenté de dire si ce n'est les luttes intestines lors de sa succession, un coup d'état en 1999 (Feu le Général GUEI) qui va accoucher d'une constitution qui a plus divisé que rassemblé les Ivoiriens ; une élection présidentielle en 2000 qui a eu du mal a accouché du vainqueur des urnes (M. Gbagbo Laurent suite à des manifestations sanglantes) ; un nouveau coup d'état en 2002 qui a fini de diviser les ivoiriens sur les questions de nationalité (les vrais et les moitiés ivoiriens, les faux ivoiriens) et de gangrener l'armée par la politique ; et enfin des élections du 28 novembre 2011 porteuses d'espoir mais qui se sont révélées extrêmement meurtrières. Nous avons, par ces luttes fratricides, hypothéqué une bonne partie du capital de notre pays.

Il nous faut en tirer rapidement les leçons :

-d'abord faire taire nos rancunes, nos amertumes

-écrire notre histoire commune et montrer au monde entier qui nous regarde ( parfois avec un sourire en coin) que l'africain est aussi capable de prendre part à la construction de ce monde, d'apporter sa contribution et ne pas être uniquement spectateur de toutes les avancées qui se font par ci par là et jamais dans nos pays.

La tâche du président de la République, à la sortie d'une telle guerre, est déjà Immense (armée à reconstruire, institutions à rétablir, économie à relancée) il devra rétablir la probité au sein de la classe politique et la rendre plus professionnelle, pour le reste il appartiendra à chaque ivoirien de prendre part à la reconstruction en se réconciliant avec son voisin, son collègue, son parent, son patron. Arrêtons de nous insulter par media interposé.

M. le président, nous aurions tous préféré que votre accession au pouvoir ne passe pas par l'exercice des armes à feu ; votre présidence sera malheureusement entachée de cette encre indélébile qu'est le sang versé de vos concitoyens. J'espère que votre mandat ne trahira pas la mémoire de ces pertes humaines Pro Ouattara, pro Gbagbo, ces ivoiriens non pro Gbagbo ni pro Ouattara et ces innocents non ivoiriens. Nous comptons tous sur vous pour faire vivre l'idée qu'il n'y a aucune bonne raison pour justifier une guerre fratricide comme celle que nous venons de vivre et qu'une vie politique pacifiée est possible en Côte d'Ivoire

Aux responsables politiques je voudrais leur dire que les ivoiriens par leur participation massive aux élections présidentielles 2010 ont marqué leur territoire vis-à-vis du politique, par leur choix ils ont montré leur maturité politique. Ils viennent d'adresser à leur président élu, par la même occasion, un message fort qui est celui de rester maître de leur destin. Ils suivront leur président tant qu'il les servira. C'est ainsi que vivra la démocratie dans notre Pays.

Aux personnes qui me lirons, Je voulais juste vous adresser un message d'amitié; que règne le respect mutuel entre les ivoiriens, le sens civique pour protéger les acquis de ce pays et booster l'avenir et soyez sûr que la concurrence saine ne peut que tirer ce Pays cher à tous vers le Haut.





-
Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :