Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

zone industrielle de Bethléem

Deux ans après le début des premiers travaux, le projet de zone industrielle (ZI) de Bethléem avance à grands pas. Les perspectives sont nombreuses : création d'un marché local, de nouveaux emplois et redynamisation de l'exportation vers les pays arabes. L'AFD a été mandatée par la France pour développer les infrastructures de base dans cette zone.

 

La coopération franco-palestinienne en pointe dans la valorisation du secteur privé

Le projet de zone industrielle est né en 2008 d’un protocole d’accord entre le président français, Nicolas Sarkozy, et le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Ce projet s’inscrivait dans le prolongement de la Conférence internationale des donateurs pour l’État palestinien qui s'était tenue à Paris en décembre 2007 et lors de laquelle avait été soulignée l’importance du soutien au secteur privé pour la relance de l’économie palestinienne, dans le cadre du Plan de réforme de l’Autorité Palestinienne.

L’AFD a été mandatée pour développer les infrastructures de base de cette zone située à proximité de Bethléem, dont la gestion a été confiée à un développeur privé associant des investisseurs français et palestiniens. Le développement de la zone industrielle constitue une condition à la relance de l'économie de ce gouvernorat sévèrement touché par le mur de séparation. 

 

Favoriser la création d'emplois, l'ouverture économique et l'introduction de nouveaux savoir-faire

Les acteurs à la base de l'aménagement de cette zone, d’une superficie de 20ha,  entendent redynamiser l'activité économique vitale pour la création d’emplois sur un Territoire qui doit absorber l’arrivée chaque année de 30 000 nouveaux demandeurs d’emplois. L’implantation de nouvelles entreprises axées sur la reconquête du marché local devraient assurer une production et une consommation locale (seulement 30% des produits consommés en Cisjordanie et Gaza sont « made in Palestine »). 

L'enjeu de la réalisation de la zone industrielle est d'offrir un cadre propice à des partenariats entre des entreprises palestiniennes et étrangères afin de favoriser l’introduction de nouveaux savoir-faire et la stimulation des exportations, en particulier vers le monde arabe, où les produits « made in Palestine » bénéficient d’une exonération de taxes. C’est donc toute une dynamique économique que ce projet ambitionne d'insuffler en mettant en place, au-delà des infrastructures de base, les conditions pour favoriser des échanges, des partenariats et des synergies entre les différents acteurs. Ainsi, des Collectivités Territoriales françaises ont montré un réel  intérêt pour appuyer des activités sur la zone à même de favoriser des actions d’échanges et de formation. Pour sa part, PIEFZA (l’Autorité Palestinienne en charge des zones industrielles) travaille à la définition d’un « package incitatif » pour rendre les zones industrielles encore plus attractives.

 

 

Interview de Hervé Conan, directeur de l'Agence AFD de Jérusalem,  par la télévision palestinienne  devant la première usine en cours de construction (crédit photo : AFD)

 

Des services de base optimisés pour améliorer l'implantation des entreprises

Les travaux ont commencé sur la zone en 2010 et la zone industrielle est maintenant desservie en eau et électricité. Les travaux routiers permettant de relier dans de meilleures conditions la zone à l’axe routier principal Nord-Sud de la Cisjordanie vont commencer avant la fin de l’année. Avec l’implantation d’une station d’épuration au premier trimestre 2013, la zone industrielle va offrir les services de base recherchés en particulier par les entreprises locales pour s’implanter dans un contexte foncier particulièrement contraint autour des grandes villes. 

Ainsi, une première entreprise locale de fabrication de papier à usage domestique est en train de sortir de terre et devrait être opérationnelle début 2013. Elle devrait créer entre 25 et 50 emplois, majoritairement pour les populations riveraines. Les travaux d’une unité de production de produits laitiers devraient de leur côté commencer début 2013. Ces deux entreprises visent essentiellement le marché local. Pour elles, les infrastructures proposées et les opportunités de partenariat avec d’autres entreprises palestiniennes et étrangères ont été déterminantes dans leur décision.

De son côté, le développeur (BMIP : Bethlehem Multidisciplinary Industrial Park)  a initié la viabilisation d’une première tranche de 5ha du site pour accueillir les entreprises dans les meilleures conditions. Un bâtiment de services a été construit en 2010 et héberge des premières activités : le Centre de formation de Schneider Electric pour les Territoires Palestiniens et un Centre de services en cours de mise en place, visant en particulier à offrir des services et formation aux nouvelles technologies de l’information pour les PME locales, en particulier dans le secteur touristique (développement site web, e-commerce…).

Le Consul Général de France a réaffirmé à cette occasion le fort engagement du Gouvernement français à ce projet, et a indiqué son souhait de voir signer en octobre prochain le contrat de prêt entre l’Autorité palestinienne et le développeur, afin d’accélérer la réalisation des infrastructures internes. Le démarrage prochain (en Novembre) des travaux de la route d’accès et l’installation de la station d’épuration containerisés viendront donc compléter les services de base (eau et électricité) déjà disponibles pour les entreprises s’installant sur la zone.

  

Présentation par Mr Karaa de son projet d’usine de papier

Tag(s) : #Economie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :