Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

GERVAIS

Par Gervais Djidji

La situation post-électorale dans laquelle Laurent Gbagbo a plongé la Côte d’Ivoire est une source d’accès de colère des Ivoiriens de tous bords. Toutefois, ceux proches du Rhdp étant les plus nombreux  à avoir des accès de colère avec des pics très forts depuis le passage de la mission des émissaires de la Cedeao et de  l’UA aux résultats mitigés pour les uns voire décevants pour les autres, cette satire en forme de courrier leur est adressée afin de les détendre. Sans plus.

‘‘Passez sur mon corps, si vous voulez mettre fin à la prophétie de mes suiveurs de thé et aboyeurs –traducteurs de bible qui me donnaient encore deux autres mandats pour compléter à vingt, les dix ans que j’avais déjà passés à la tête des Ivoiriens. A qui  j’ai raconté des contre-vérités depuis une dizaine d’années, leur faisant croire que j’étais un démocrate achevé.  Tiens ! Comme ça, mes nombreux prophètes (pas de malheur sauf leur respect), conseillers spirituels, occultes, diurnes et nocturnes au nombre desquelles ceux en toge ou en treillis ainsi que ceux qui chaque dimanche s’époumonent à dire la messe en ayant l’esprit au cahier d’émargement de ma résidence ou le palais présidentiel, m’ont trompé. Vraiment trompé ! Moi, grand enfarineur devant l’Eternel, les Ivoiriens me connaissent ! Ils savent que chaque jour à mon réveil, une liste de personnes susceptibles d’être ‘‘doublées’’ est prête dans ma tête. Car je suis un ‘‘cerveau’' en ce qui concerne dribbler. Parce que tant que je n’ai pas doublé mes adversaires, ma journée n’est pas gagnée. Alors, dès qu’une seule occasion se présente, même la plus infime, je m’y agrippe. Comme c’est le cas actuellement avec le pouvoir. Attendez !!! Vous aussi !!! Donc pour vous, je devrais laisser le pouvoir ? Vraiment ? Comme ça ? Aussi facilement ? Savez-vous au moins qu’un homme, un garçon, ça se bat ? Quitter le pouvoir qui, en Côte d’Ivoire, fait du Président de la République, celui qui a droit à vous donner la vie ou la mort ? Moi, le fils du sergent-chef  Koudou Zêpê , jamais? Vous entendez ? Jamais ! Mais que vous arrive-t-il ? Comment réfléchissez-vous enfin ? Vous ne pouvez pas du tout affirmer que je n’ai pas gagné la présidentielle alors que c’est moi qui l’ai organisée, tout de même !!! Vous n’avez donc pas vu avec quelle maestria, Super Yao, mon Superman à moi, Yao-N’Dré, Président de la Cour constitutionnelle a épluché 20.000 PV seulement en 3 heures ? Les exploits, ça nous connait  à Lmp! Je suis même en train d’en réaliser un : battu par le choix des Ivoiriens qui se nomme Alassane Ouattara, je continue de m’incruster, de provoquer les Ivoiriens. Vous savez pourquoi ? Ne me dites pas que vous n’avez pas compris pourquoi je fais dans le dilatoire !? Seulement, puis-je vous demander quelque chose avant de continuer, même si vous ne m’aimez pas trop au point de ne pas me nommer dans cette rubrique et en me désignant par le ‘‘fils du sergent-chef’’ et ‘‘président’’ ? Qu’est-ce que je vous ai fait ? Je suis quand même le Président de la République de Côte d’Ivoire …battu par mon adversaire Alassane Ouattara. Je le reconnais et demande une immunité et une amnistie. Mais lui aussi, qu’il quitte le Golf hôtel, sinon mes gars et moi on a presque fini de creuser le tunnel qui va nous faire débarquer dans le hall de cet hôtel qui m’énerve parce que trop bien sécurisé par les 300 Forces Nouvelles. Il faut dire que ceux-là, ils m’énervent ! Figurez-vous que malgré notre puissance de feu, ils ont réussi à faire fuir ma garde républicaine qui a oublié dans la débandade 17 kalachnikovs et 4 pick-up. Ce sont toutes ces choses qui, mises ensemble, me font tellement honte parce que dans ce pays, j’ai contourné l’embargo sur les armes en me servant des circuits mafieux. Heureusement que ces circuits existent. Mais ce qui me fait très mal au point de réveiller ma rancœur contre tous ceux qui passaient prendre de l’argent chez moi, c’est qu’ils n’ont pas été sincères avec moi. J’ai acheté les hommes, ça n’a rien donné. J’ai tué les Ivoiriens en faisant des charniers, pareil au même ! Mais  chut !!! Mes gars du laboratoire de complots du FPI et moi, nous sommes montés d’un cran : les fours crématoires. Ne me dites pas que vous ignorez à quoi ça sert. Mais tout simplement à incinérer, pardon  à brûler les corps pardi ! Vous aussi !!! Un charnier, ça va ; deux, on se pose des questions. Trois, le président de la CPI est toujours sur mon dos. Alors, je dois faire très attention pour ne pas être épinglé. Même si c’est déjà trop tard. C’est aussi l’une des raisons qui m’obligent à demander l’immunité. Mais dans tout ça, même si je dois partir, je dois me comporter en woody aux yeux de mes partisans quand même ! Je ne dois pas quitter mon pays vite, vite, vite, comme un mouton qu’on mène à l’abattoir ou un peureux ! Et puis, je suis un Chef d’Etat, même si je quémande l’amnistie en douce et que le matin, en public, je fais la gueule, ça c’est entre mon frère Ado et moi. Alors, pourquoi cela vous étonne ? Il m’appelle Laurent, ne l’oubliez pas. C’est mon Président actuellement. C’est donc lui qui détient la signature. Tout ce que je lui demande en plus de me laisser vaquer à mes occupations ici en Côte d’Ivoire, qu’il ne me retire pas mon stylo. J’y tiens fortement. Sans ça, comment vais-je pouvoir  signer des chèques pour mes deux femmes et mes nombreuses petites maîtresses aux Rav4flambant neufs ? Et puis dans tous les cas, vous me connaissez et Ado plus que quiconque. Parce que s’il m’énerve, je vais disjoncter puisque moi ce que je dis blanc le matin change de couleur dans les heures qui suivent pour devenir non le soir. Donc je ne me sens aucunement concerné par cette sainte parole qui demande que ‘‘ton oui soit un oui’’. Seulement, que ceux qui connaissent le Président élu de la République de Côte d’Ivoire  interviennent pour qu’il ne me mette en prison.  Mais et si je le menaçais même ? Ado, pardon, Abidjan est trop doux ‘‘Paris le sait’’. Quitte l’hôtel du Golf  pour que mon gars que je vais nommer Chef d’Etat-Major , en remplacement de Mangou, Dogbo Blé, puisse tirer sur toi. Sinon, je vais donner un seule ordre à mes galonnés : tuez –les tous et revenez seul me rendre  compte’’.

 

Tag(s) : #Sur La Balance (Edito)
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :