Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce premier opus de 13 titres est intitulé "Espérance"

 C’est sous le coup d’un show musical que le Ngaoundéré Univerity Music (Num) a présenté aux mélomanes de cette ville sa toute première production musicale. Le restaurant de la dite institution a mobilisé une foule nombreuse. Parmi les curieux il y avait les autorités universitaires, les anciens membres dudit club, les étudiants et un public impressionnant venu de la ville de Ngaoundéré assister à la soirée dédicace de ce nouveau bébé. Le premier opus musical de ce groupe est né de la volonté et de la maturité d’esprit des cop’s. « Quand ils nous ont contactés en début d’année académique, nous n’avons pas hésité un instant, puisque nous connaissons leur capacité et leur savoir faire à travers les concerts organisés sur le campus. Nous avons mis un minimum de moyens leur permettant de travailler avec l’appui de notre hiérarchie, et je profite de l’occasion pour remercier le recteur de l’université de Ngaoundéré », explique Mvelle Oussoubita, chef Service des associations et clubs culturels (Sacc) dans cette institution. Il poursuit en signifiant que « jamais il n’y eut pareille œuvre des étudiants dans les universités. Jamais vu dans une institution universitaire au Cameroun ». Ce chef d’œuvre de 13 titres a pour principales thématiques à en croire Djedo Hervé, président du Num, l’éducation, la sensibilisation et l’amour entre autres. En témoignent certains titres tels qu’Espérance, Africa, Lesdi Cameroun (en fulfulde la terre du Cameroun. Ndlr), Zuwa (Jalousie. Ndlr), titres phares développés par les jeunes de ce club. Une compilation de rythmes du Cameroun et d’autres Pays d’Afrique, concoctés pour remettre au goût du jour la grande diversité des prouesses de ces jeunes talents. Entre makossa, rumba, zouk love, les amoureux de la musique sont servis avec maestria à travers cet album.

 

© Journalducameroun.com
"Espérance", le premier album du club musique de l'université de Ngaoundéré

A 10 ans d’existence, le club musique a visiblement atteint son âge d’or pour faire preuve du travail de fond mené par les étudiants qui ont milité dans ce club. « Nous avons évolué au sein de ce club, mais jamais nous n’avions eu l’idée de travailler en groupe. Nous avions travaillé en rangs dispersés. Cependant, cela ne veut pas dire que nous n’étions pas performants » souligne un ancien membre de ce club qui a pris la peine de ne manquer sous aucun prétexte cette dédicace d’album. Ce disque audio dont l’étui sous fond bleu et blanc porte le logo de l’université de Ngaoundéré (l’Un) avec une guitare, un tam-tam et bien d’autres instruments, est estampillé par la Société civile camerounaise de l’art musical (Socam) pour la délégation régionale de l’Extrême-Nord/Nord/Adamaoua. L’album qui fait le tour de certains médias de la place attend encore de grandes promotions pour une publicité massive, même si la première vague des 300 Cd mis sur le marché discographique s’est vendu comme des petits pains en un laps de temps. Il se prépare une tournée de présentation de cet album au grand public et l’émission de culture sur la Crtv télé « Vendredi Show » est dans le viseur de ces passionnés de l’art musical. La prise de sons, le mixage et le mastering est le travail de l’ancien membre Walter H.

 

© Journalducameroun.com
Ngaoundéré Univerity Music

Le Num qui « n’a pas encore de producteur » doit véritablement batailler, question de s’imposer dans ce monde fermé de la musique. Cet art en souffrance au Cameroun à cause de la piraterie due à l’évolution de la technologie doit avoir un éclat particulier du fait de la singularité de ce chef d’œuvre. Ce chef d’oeuvre dont les remerciements sont adressés au Dieu tout-puissant, au recteur de l’Un le Pr Paul Henri Amvam Zollo, au Pr André Tientcheu Njiako secrétaire général, à la direction du centre des œuvres universitaires, entend trouver un écho favorable à travers les studios de renommée au Cameroun. L’album se vend auprès des membres du club musique de l’Un à une somme de 1000 Fcfa. Les membres de cette structure n’entendent pas s’arrêter en si bon chemin. Ils rêvent se perfectionner pour se faire un nom dans le monde de la musique au Cameroun, voire à l’échelle mondiale.

Tag(s) : #Musique